NOUVELLES
10/12/2015 02:20 EST | Actualisé 10/12/2015 02:21 EST

Du fleuve Citarum en Indonésie à l'île de Thilafushi aux Maldives... les lieux les plus pollués sur Terre (PHOTOS)

ASSOCIATED PRESS
FILE- In this Oct. 17, 2014, file photo, a thick blanket of smoke is seen against the setting sun as young ragpickers search for reusable material at a garbage dump in New Delhi, India. India launched the Air Quality Index Friday to measure air quality across the nation that is home to some of the most polluted cities in the world. A groundbreaking agreement struck Wednesday, Nov. 12, 2014, by the United States and China puts the world's two worst polluters on a faster track to curbing the heat-trapping gases blamed for global warming. (AP Photo/Altaf Qadri, File)

Ces images fortes en disent long sur l'état environnemental dans lequel se trouvent certaines villes et régions du monde. Pour ces endroits où la sonnette d'alarme est tirée depuis parfois bien longtemps, on se dit qu'il est vraiment temps d'agir alors que la COP21 tire à sa fin à Paris.

De New Delhi, désignée comme la ville la plus polluée au monde en 2015, à la région de Tchernobyl en Ukraine, toujours inhabitable près de 30 ans après l'accident nucléaire, découvrez ci-dessous quelques lieux parmi les plus pollués et contaminés de notre planète.

  • La ville de New Delhi en Inde
    La ville de New Delhi en Inde
    ASSOCIATED PRESS
    La forte croissance actuelle de l'Inde et de sa capitale New Delhi n'est pas sans conséquences au niveau de l'environnement. Fin mai, la capitale du pays, qui compte plus de 16 millions d'habitants, a été désignée par l'OMS comme la ville la plus polluée au monde. Une pollution due essentiellement aux 7 millions de véhicules circulant dans cette ville tentaculaire, qui en enregistre 1400 nouveaux par jour. Pour contrer cette pollution provenant essentiellement des gaz d'échappement, le retrait de toutes les voitures de plus de 10 ans a été ordonné par le tribunal environnemental indien, mais les autorités refusent de l'appliquer, indique France Info. Les citoyens, eux, s'équipent pour les plus fortunés de purificateurs d'air, même si leur efficacité reste encore à prouver.
  • L'île de Thilafushi aux Maldives
    L'île de Thilafushi aux Maldives
    Alison's Adventures
    Difficile d'imaginer qu'à seulement quelques kilomètres des plages paradisiaques des Maldives, l'une des îles de l'archipel soit une décharge à ciel ouvert. L'île de Thilafushi, à une demi-heure en bateau de la capitale Malé, concentre en effet les déchets des touristes et des Maldiviens. Surnommée l'"île-poubelle", elle s'étend sur 7 kilomètres de long et 200 mètres de large. L'an dernier, une exploratrice américaine a mené un projet de nettoyage de l'île, après avoir découvert, choquée, un reportage sur Thilafushi.
  • Le fleuve Citarum en Indonésie
    Le fleuve Citarum en Indonésie
    Barcroft via Getty Images
    Long de 300 kilomètres, voici l'un des fleuves les plus pollués de la planète. Certains endroits du cours d'eau sont totalement recouverts de déchets. En cause, les usines et habitants voisins qui y déversent directement leurs détritus. Paradoxalement, cette pollution extrême fait vivre des personnes le long du fleuve. Celles-ci récoltent le plastique usagé avant de le revendre au kilo une fois celui-ci trié et recyclé.
  • La ville de Norilsk en Russie
    La ville de Norilsk en Russie
    ASSOCIATED PRESS
    Bienvenue à Norilsk en Sibérie, la ville polaire la plus polluée au monde. A cause de ses fonderies de nickel présentes en périphérie, pas un arbre ne pousse dans un rayon de 45 kilomètres. Par ailleurs, Norilsk serait responsable de la production de 1% du dioxyde de soufre présent dans l’atmosphère de la Terre. Cette ville de 180.000 habitants accessible uniquement en avion est recouverte de neige entre 250 et 270 jours par an, avec des températures pouvant descendre jusqu’à -60°C.
  • Le quartier de Hazaribagh à Dacca au Bangladesh
    Le quartier de Hazaribagh à Dacca au Bangladesh
    Getty Images via Getty Images
    Dans ce quartier de la capitale du Bangladesh, 160.000 personnes sont victimes de la pollution au chrome engendrée par près de 300 tanneries, charriée par la rivière Buriganga. Les produits chimiques utilisés pour traiter le cuir le sont sans aucune mesure de sécurité, ce qui provoque des maladies chez les habitants, tout en dégradant la qualité de l'eau et de l'air.
  • La province de Fukushima au Japon
    La province de Fukushima au Japon
    ASSOCIATED PRESS
    Quatre ans après l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima, la province japonaise reste l'un des endroits les plus contaminés de la planète. Plusieurs villes jouxtant la centrale, qui concentrent un taux de radioactivité de plus de 50 milliSiverts/an, ne seront plus jamais habitées. C'est le cas notamment de Futaba (7500 habitants) et Okuma (11.000 habitants), qui ont été choisies comme lieu de décharge de déchets radioactifs. En 2015, 80.000 personnes de la région de Fukushima sont toujours des réfugiés, déplacées dans tout le Japon.
  • La région de Tchernobyl en Ukraine
    La région de Tchernobyl en Ukraine
    ASSOCIATED PRESS
    Près de 30 ans après l'accident nucléaire de Tchernobyl, une vaste zone aux alentours de la centrale est toujours inhabitable, la radioactivité restant encore largement supérieure au seuil autorisé à de nombreux endroits. Fin avril, un incendie s'était déclenché non loin de la centrale, laissant craindre à une redistribution d'une partie de la radioactivité.
  • Les boues toxiques du Rio Doce au Brésil
    Les boues toxiques du Rio Doce au Brésil
    CHRISTOPHE SIMON via Getty Images
    Le 5 novembre 2015, la rupture d'un barrage minier à Bento Rodrigues, au Brésil, a déversé 60 millions de mètres cubes de boues toxiques dans le fleuve Rio Doce. Issues des activités minières de Samarco, elles contiennent de fortes doses de plomb, d'arsenic et de mercure, condamnant à une mort certaine les animaux qui y sont exposés. Le 22 novembre, elles ont commencé à se déverser dans l'océan atlantique, et se répandent depuis le long des côtes. C'est la pire catastrophe écologique de l'histoire du Brésil.
  • L'exploitation des sables bitumineux au Canada
    L'exploitation des sables bitumineux au Canada
    ASSOCIATED PRESS
    Considérée par Greenpeace comme une catastrophe mondiale, l'exploitation des sables bitumineux (en Alberta principalement) pollue les cours d'eau, rendant même certains lacs toxiques. Des forêts sont rasés, des autochtones déplacés, et de la grosse machinerie énergivore est utilisée. Ce bitume est considéré comme le pétrole le plus sale du monde.
  • L'airpocalypse en Chine
    L'airpocalypse en Chine
    ASSOCIATED PRESS
    La Chine suffoque. Début décembre 2015, une alerte rouge à la pollution a été émise pour la première fois alors que la saison du smog commençait à peine dans l’une des capitales les plus polluées au monde. Le phénomène a été appelé «airpocalypse» par de nombreux médias.
Galerie photo Des lieux laissés à l'abandon après la catastrophe de Fukushima Voyez les images
Galerie photo L'île aux ordures aux Maldives Voyez les images