NOUVELLES
10/12/2015 10:47 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Mohamed Harkat risque d'être maltraité s'il est renvoyé en Algérie, dit Amnistie

OTTAWA — Amnistie internationale a affirmé, jeudi, que Mohamed Harkat, un homme d'origine algérienne menacé de déportation par le gouvernement fédéral, risque d'être gravement maltraité s'il est renvoyé dans son pays natal.

M. Harkat, un ancien livreur de pizza résidant à Ottawa, a été arrêté il y a 13 ans parce que les autorités le soupçonnaient d'être un agent dormant d'Al-Qaïda.

Le fédéral a depuis tenté d'expulser le réfugié algérien en vertu d'un certificat de sécurité, une procédure de la loi sur l'immigration rarement utilisée permettant d'expulser du Canada de présumés terroristes ou espions ne possédant pas la citoyenneté canadienne.

Hilary Homes, d'Amnistie internationale Canada, a déclaré que les individus soupçonnés d'avoir des liens avec des organisations terroristes sont souvent détenus par les forces de sécurité algériennes et coupés du monde extérieur, parfois pendant de longues périodes.

Les avocats de Mohamed Harkat soutiennent depuis longtemps que la procédure relative aux certificats de sécurité est injuste parce que la personne visée n'a jamais accès à l'ensemble de la preuve déposée contre elle.

La Cour suprême du Canada a maintenu le certificat contre Mohamed Harkat l'an dernier et le gouvernement a amorcé les démarches pour le déporter.