NOUVELLES
10/12/2015 02:46 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Les négociations se poursuivent dans un climat tendu à la conférence de Paris

LE BOURGET, France — Les négociations sur les changements climatiques se poursuivaient jeudi dans une ambiance tendue à Paris, à quelques heures seulement de la fin prévue de la conférence.

Une nouvelle ébauche d'entente est attendue d'ici la fin de la journée, après la diffusion mercredi d'un document de 29 pages qui laissait au moins une centaine de questions en suspens.

Les nations demeurent ainsi incapables de s'entendre sur l'objectif ultime de l'accord qu'elles négocient et sur quels pays devraient payer pour aider les nations les plus pauvres à affronter les changements climatiques, notamment en abandonnant les énergies fossiles au profit des énergies propres et renouvelables.

Les discussions se sont poursuivies toute la nuit, jusqu'à 5 heure jeudi matin, heure locale, avant de reprendre en milieu de matinée.

Les organisateurs français de la rencontre souhaitent une entente d'ici à vendredi soir, même si les conférence onusiennes sur le climat se terminent rarement à temps.

La situation est toutefois différente cette fois-ci, puisque les organisateurs avaient incité les pays à définir leurs propres cibles d'émissions avant le début de la conférence et que les États-Unis et la Chine, qui se sont opposés sur la question des changements climatiques dans le passé, se sont considérablement rapprochés plus tôt cette année.

L'ampleur de l'entente proposée est aussi différente: des représentants provenant de plus de 190 pays essaient de conclure le premier accord de l'histoire qui imposerait à toutes les nations de réduire leurs émissions. L'entente précédente, le protocole de Kyoto signé en 1997, ne mettait à contribution que les pays les plus riches.

La chef de la délégation onusienne, Elina Bardram, a déclaré que l'avenir est prometteur, mais qu'il reste encore beaucoup de travail à abattre. Le négociateur chinois Gao Feng a dit s'attendre à une entente samedi ou dimanche, ce qui implique une prolongation de la conférence.