NOUVELLES
10/12/2015 04:21 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Le commissaire de la GRC ne veut pas de racistes dans ses rangs

Le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) Bob Paulson a reconnu qu'il y a des éléments racistes au sein de son corps de police. Il a admis ce fait devant un groupe de chefs de Premières Nations réunis à Gatineau pour une rencontre de trois jours organisée par l'Assemblée des Premières Nations (APN).

La déclaration est survenue après qu'un chef ait confronté Bob Paulson sur le racisme qui existe au sein de la GRC. Le grand chef Doug Kelly a demandé au commissaire de s'attaquer à ce problème.

Bob Paulson a affirmé que les Premières Nations pouvaient l'appeler directement pour dénoncer le racisme des agents de la GRC qui sont très souvent les policiers de ces communautés. Il a de plus demandé aux représentants présents de faire confiance au processus en place pour assurer l'imputabilité des personnes en position d'autorité.

Une déclaration qui rallie les Premières Nations

La présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada, Dawn Harvard, a qualifié la déclaration d'élément crucial dans le dossier des femmes autochtones disparues ou assassinées. Les paroles surviennent seulement une journée après la déclaration du gouvernement fédéral indiquant qu'il allait tenir la première phase menant à la création d'une enquête publique sur cette question au printemps prochain. Dawn Harvard a souligné que les histoires d'abus de la part de policiers comme celle de Val-d'Or sont connues depuis longtemps, mais qu'elles ont trop souvent été ignorées.

Le chef national de l'APN, Perry Bellegarde, a noté qu'il s'agit de la première fois que Bob Paulson prend part à un tel évènement. Il a de plus souligné que le commissaire n'a pas seulement fait acte de présence, mais qu'il a aussi abordé certains des sujets qui préoccupent les Premières Nations. Perry Bellegarde a indiqué qu'il admire le fait que M. Paulson a décidé de confronter directement le racisme.