NOUVELLES
10/12/2015 08:14 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Le Canadien Arthur McDonald reçoit officiellement son prix Nobel à Stockholm

STOCKHOLM — Le scientifique canadien Arthur McDonald a officiellement reçu son prix Nobel, jeudi, durant une cérémonie à Stockholm.

Le professeur à la retraite de l'Université Queen's à Kingston, en Ontario, est l'un des corécipiendaires du prix pour ses travaux en physique sur les neutrinos.

Dans un communiqué, il a déclaré que ce prix était un grand honneur et qu'il le partageait avec ses collègues de l'Observatoire de neutrinos de Sudbury et leurs partenaires à Stockholm.

Il partage le prix avec le Japonais Takaaki Kajita, pour la découverte des oscillations du neutrino et leur contribution à des expériences démontrant les changements d'identité de ces particules élémentaires du modèle de la physique des particules.

MM. McDonald et Kajita ont réussi à démontrer que les neutrinos avaient une masse, ce qui a modifié la compréhension fondamentale des lois de la physique.

Le premier ministre, Justin Trudeau, a félicité le professeur pour son prix prestigieux.

«Il s’agit d’un moment de fierté pour la science canadienne et pour tous les Canadiens», a-t-il déclaré dans un communiqué.

«Le gouvernement canadien attache une grande valeur au travail qu’accomplit la communauté scientifique de notre pays et l’appuie fermement en encourageant l’excellence et en respectant son indépendance. Nous veillerons à ce que toutes les décisions que nous prendrons à l’avenir sur des enjeux qui touchent les Canadiens soient fondées sur des données scientifiques.»

Plus tôt au cours de la cérémonie, les membres du quartet du dialogue national tunisien, qui a contribué à bâtir la démocratie dans le pays après la révolution de 2011, se sont vu remettre le prix Nobel de la paix.

La présidente du comité Nobel norvégien, Kaci Kullmann Five, a salué la «contribution décisive» du quartet à la construction «d'une démocratie plurielle» après la révolution, lors de laquelle le président autoritaire Zine el-Abidine Ben Ali a été chassé du pouvoir.