NOUVELLES
10/12/2015 16:29 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Goodale ne s'étonne pas du racisme au sein de la GRC, mais le juge intolérable

OTTAWA — Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a laissé entendre, jeudi, qu'il était inévitable qu'une organisation de la taille de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) se retrouve avec des employés racistes et a demandé à la population d'aider la police nationale à remédier à ce problème.

M. Goodale a fait ces commentaires en réaction aux propos tenus par le commissaire de la GRC, Bob Paulson, qui a reconnu que certains des agents du corps policier étaient racistes.

À la sortie de la Chambre des communes jeudi, le ministre a affirmé que ce n'était pas tous les 30 000 employés de la GRC qui étaient «parfaits» et que la présence d'individus aux comportements fâcheux pouvait difficilement être évitée.

La veille, M. Paulson avait pris la parole durant une rencontre des chefs de l'Assemblée des Premières Nations à Gatineau et avait été confronté à plusieurs remarques cinglantes concernant l'attitude de certains policiers de la GRC appelés à interagir avec des Autochtones et à patrouiller dans des régions reculées.

Le commissaire avait répondu en disant comprendre la colère suscitée par cette situation et en admettant qu'il y avait bel et bien des racistes parmi ses agents, même s'il ne «voulait pas d'eux» dans ses rangs. Il avait exhorté les délégués des Premières Nations présents à la rencontre à signaler tout abus, les invitant même à communiquer personnellement avec lui.

Ralph Goodale, dont le ministère est responsable de la GRC, a loué Bob Paulson pour sa franchise.

«Le message est clair: le racisme est intolérable et, si vous le signalez au commissaire, il règlera le problème de manière rapide et décisive, a indiqué l'ancien ministre des Finances. Je suis très heureux qu'il ait fait cette déclaration publiquement.»

Le nouveau gouvernement libéral est arrivé au pouvoir en promettant de relancer sur de nouvelles bases la relation tumultueuse entre Ottawa et les Autochtones. Pour ce faire, il s'est, entre autres, engagé à tenir compte des 94 recommandations de la Commission de vérité et réconciliation sur le système de pensionnats indiens, dont le rapport a été publié plus tôt cette année.