NOUVELLES
10/12/2015 08:29 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

GM a versé des indemnités totalisant 594,5 millions $ US pour ses commutateurs

DÉTROIT — Les avocats engagés pour gérer l'indemnisation des victimes des commutateurs d'allumage défectueux dans les véhicules de General Motors ont versé un total de 594,5 millions $ US pour régler 399 réclamations admissibles.

Ces chiffres ont été dévoilés jeudi, dans le rapport final de l'avocat Kenneth Feinberg, qui dirigeait le fonds d'indemnisation.

Au total, 4343 réclamations ont été soumises auprès du fonds. Seulement 9,2 pour cent d'entre elles ont été jugées admissibles à un paiement, soit 124 réclamations pour des décès et 275 autres pour des blessures. Plus de 90 pour cent des indemnités offertes ont été acceptées, a précisé le fonds.

Selon l'administratrice adjointe du fonds, Camille Biros, les réclamations qui ont été rejetées «ne pouvaient pas établir de lien avec le commutateur d'allumage».

Dans les véhicules défectueux — qui comprenaient les Chevrolet Cobalt et les Saturn Ion — le commutateur d'allumage pouvait éteindre le moteur sans avertissement, ce qui pouvait entraîner des accidents. Des liens avec des accidents mortels ont été établis pour au moins 169 décès.

Le scandale des commutateurs d'allumage a entraîné une révision de la sécurité à l'échelle de l'entreprise, ce qui a débouché sur une dizaine de rappels de plusieurs millions de véhicules. GM a indiqué que cela avait fait de la sécurité une priorité pour elle et qu'elle tentait maintenant d'intercepter les problèmes plus tôt, afin d'éviter les rappels de nombreux véhicules. La société avait indiqué en septembre que l'ensemble de ces rappels lui avaient coûté plus de 5,3 milliards $ Us.

Depuis, elle a déboursé un autre 1,6 milliard $ US pour régler des accusations criminelles aux États-Unis et des poursuites liées au rappel, ce qui a porté ce total à environ 6,9 milliards $ US.

Selon le rapport final du fonds, le constructeur automobile aurait versé 128 indemnités pour des accidents survenus avant que GM n'émerge de la faillite, en juillet 2009, ce que la société n'était pas obligée de faire. Un juge de la cour des faillites avait statué que la nouvelle entreprise qui émergeait de la faillite était protégée contre de telles réclamations.

Malgré les règlements, GM devra encore débourser de l'argent à cause des rappels. Dans son plus récent rapport trimestriel déposé auprès des autorités réglementaires américaines, l'entreprise a dit faire toujours face à 217 poursuites pour décès et blessures aux États-Unis et au Canada, ainsi qu'à 122 poursuites faisant valoir que les rappels avaient réduit la valeur des véhicules pour leurs propriétaires.