NOUVELLES
10/12/2015 10:35 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Ciman se voit à Montréal après 2017

Le défenseur étoile Laurent Ciman aime tellement son expérience en Major League Soccer qu'il pourrait songer à prolonger son séjour avec l'Impact de Montréal au-delà de 2017.

Élu défenseur de l'année à sa première saison en MLS, le Belge de 30 ans a confié à l'émission On Jase Soccer, diffusée sur Internet jeudi, que sa famille et lui se sont adaptés à la vie montréalaise depuis qu'il a conclu un pacte de trois ans avec l'Impact en janvier dernier.

Il a ajouté qu'il aimerait bien demeurer ici à la fin de son contrat en 2017, particulièrement s'il reçoit l'étiquette de joueur désigné.

« C'est vrai qu'au départ ça a été difficile, a admis Ciman. Nous n'avions jamais déménagé auparavant, donc bien sûr nos proches et nos amis nous manquaient. »

« Je m'ennuyais aussi de mon club (le Standard de Liège), c'est certain, parce que j'y ai passé beaucoup de temps (de 2010 à 2014), a-t-il ajouté. Nous commençons à nous habituer. Nous avons été très bien reçus. Les gens ont été accueillants. On ressent vraiment une espèce de sécurité pour les enfants. C'est ce qui nous a fait envisager de demeurer ici.

« Je suis sous contrat jusqu'en 2017, alors pourquoi pas (demeurer ici)? Je me sens bien. L'équipe a progressé et je ne crois pas que ça puisse cesser. L'équipe veut grandir, la MLS veut grandir. J'aime cette ligue. »

La décision de Ciman de déménager à Montréal a été prise en raison de la qualité des soins médicaux qui sont offerts à sa fille autiste de cinq ans, Nina. En Belgique, pareils soins n'étaient pas disponibles.

Vers la mi-saison, une dispute a éclaté lorsque la femme de Ciman s'est plainte aux médias belges que l'Impact les avait « abandonnés », parce qu'ils avaient dû payer de leurs poches les soins de santé privés. Il semble que ce différend soit maintenant résolu.

Ciman a confié que sa fille avait fait « d'énormes progrès ».

L'international belge, qui a aussi un fils, a répété plusieurs fois que « ma famille passe en premier » lorsque vient le temps de prendre une décision pour sa carrière sportive.

Son arrivée à Montréal a comblé un trou béant dans la défense centrale. Ciman à ce poste, l'Impact a alloué 14 buts de moins qu'en 2014 et a participé aux éliminatoires pour la deuxième fois en quatre saisons.

Le onze montréalais s'est incliné devant le Crew de Columbus en demi-finales de l'Association est.

Ciman a marqué 2 buts en 27 matchs et a été nommé sur le onze étoile de la MLS.