NOUVELLES
10/12/2015 02:48 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Brésil: les adieux de Rogerio Ceni, le buteur ganté

Rogerio Ceni s'est toujours senti à l'étroit dans ses cages: le gardien-buteur de Sao Paulo a raccroché gants et crampons à 42 ans, après une carrière de 25 ans marquée par... 131 réalisations!

Avec la voix ferme des leaders, Ceni s'adressait encore à ses coéquipiers dimanche, lors du dernier match de sa carrière, qu'il n'a pas pu disputer pour cause de blessure.

Le buteur ganté, qui avait fait ses débuts à 17 ans dans le modeste club de Mato Grosso (centre), a atterri à Sao Paulo en 1990. Depuis, avec 1.237 matches il a établi le record mondial de matchs disputés sous le même maillot.

Capitaine pendant 16 ans, il a conquis 26 titres, parmi lesquels deux Copas Libertadores, la plus prestigieuse compétition de clubs d'Amérique latine, une Coupe du monde des clubs, une Coupe intercontinentale et trois titres de champion du Brésil.

Mais ce sont ses 131 buts inscrits tout au long de sa carrière (69 penalties, 61 coups francs et un en cours de jeu) qui ont rendu célèbre celui qui est officiellement le dixième meilleur buteur de l'histoire de Sao Paolo.

"C'est un gardien exceptionnel, qui a la meilleur technique que j'ai jamais vue. En plus, il a une forte personnalité qui lui a permis de devenir l'idole des supporters", déclare Rai, lui aussi joueur historique du club et qui a vu arriver le jeune gardien, alors tout juste âgé de 20 ans.

- Recordman professionnel -

Avant de connaître les feux des projecteurs, Ceni a débuté dans l'ombre de Zetti, son prédécesseur dans les cages paulistas. Il a d'abord observé depuis le banc la génération dorée des Cafu et Rai, celle qui a placé Sao Paulo au le sommet du foot continental.

C'était en 1993, Sao Paulo venait de s'adjuger sa deuxième Copa Libertadores de suite et le portier à l'avenir prometteur ferait ses débuts avec l'équipe première le 25 août.

"Nos titres ont marqué le début de sa carrière, il a très vite fait partie d'un groupe de vainqueurs et il a su en tirer profit", explique à l'AFP Rai, le capitaine qui avait levé la Coupe intercontinentale en 1992.

Ceni ne s'est jamais lassé de l'ivresse des podiums. Celui qui deviendra le capitaine du SPFC a aussi voulu gagner ses propres titres...

Ce recordman professionnel, dont les ennemis raillent l'arrogance, a réalisé son ambition douze ans plus tard, lorsque le club a remporté la troisième Copa Libertadores de son histoire en 2005, suivie du championnat du monde des clubs dans la foulée.

L'année d'après, il effaçait des tablettes le Paraguayen Jose Luis Chilavert et devenait le nouveau meilleur gardien-buteur de l'histoire. En 2013, il laissait loin derrière les 1.116 rencontres disputées par le grand Pelé avec son club de Santos.

- Vieux rockeur -

Ce mauvais perdant a tout de même quelques ombres sur son CV. Avec moins de vingt matchs avec la "Seleçao", l'éternel capitaine du Sao Paulo a été champion du monde en 2002 sans quitter le banc. Il n'a joué que huit minutes durant une Coupe du monde, contre le Japon en 2006.

"Rogerio a eu quelques opportunités avec la Seleçao mais il a été marqué par une période durant laquelle l'équipe était très agitée", se souvient Rai.

Depuis deux ans, comme les vieux rockeurs, ses musiciens favoris, Ceni trouve toujours une bonne raison de rester sur scène.

Jusqu'à vendredi.

Ceni aura alors droit à un jubilé avec toutes les anciennes gloires du Sao Paulo. Et 45.000 fans sont attendus pour son dernier show.

rs/tup/mam/ig