NOUVELLES
10/12/2015 01:25 EST | Actualisé 10/12/2016 00:12 EST

Autochtones: le Canada s'inquiète du brouillon d'accord qui circule

PARIS — Le Canada s'inquiète de la tournure des négociations concernant les autochtones à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques de Paris, la COP21.

Dans une courte intervention en plénière devant les délégués dans la nuit de mercredi à jeudi, la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a dit qu'elle était «profondément préoccupée» par les objections de certains pays au brouillon de texte qui circule depuis mercredi.

Des États ont signifié leur opposition à des références aux droits des peuples autochtones en ajoutant des crochets à l'ébauche. Or la reconnaissance des droits des peuples autochtones dans l'éventuel accord final fait partie des priorités de la diplomatie canadienne à la COP21.

«Nous sommes profondément préoccupés de constater que la référence aux droits de la personne et aux droits des peuples indigènes contenus dans le paragraphe préambule 10 comporte des crochets, a déclaré la ministre. Nous considérons qu'il est important d'avoir la référence à ces droits contenus dans un paragraphe préambule séparé qui seraient libéré de crochets pour progresser.»

Il reste à peine 36 heures aux États du monde pour conclure un accord fatidique sur les changements climatiques, à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques de Paris, la COP21.

Les 195 pays signataires de la Convention Climat de l'ONU se penchent sur un nouveau brouillon de 29 pages au lieu de 43.