NOUVELLES
07/12/2015 01:03 EST | Actualisé 07/12/2016 05:12 EST

Des images du groupe État islamique trouvées sur le téléphone de l'agresseur du métro londonien

Des images associées au groupe jihadiste État islamique (EI) et aux récents attentats à Paris ont été trouvées sur le téléphone portable de l'homme accusé d'avoir blessé deux personnes au couteau samedi dans le métro londonien, a indiqué le parquet lundi.

Les enquêteurs ont également trouvé des images montrant un exercice de la police britannique sur le téléphone de Muhaydin Mire, 29 ans, qui a comparu pour la première fois devant un tribunal londonien après avoir été inculpé pour tentative de meurtre.

Vêtu d'un t-shirt gris et d'un pantalon de jogging pour cette audience préliminaire, le jeune homme a seulement confirmé son identité, sa date de naissance et son adresse. Il a été maintenu en détention et comparaîtra de nouveau vendredi devant le tribunal de l'Old Bailey.

Décrit comme très agité par plusieurs témoins, il est accusé d'avoir blessé deux personnes au cou, dont une grièvement, samedi vers 19H00 GMT dans l'entrée de la station de Leytonstone, dans l'est de Londres, près de laquelle il réside.

LIRE AUSSI:

» «T'es pas un musulman mon frère!» devient un hashtag viral sur Twitter

Selon les témoignages de plusieurs personnes présentes sur place, l'agresseur a justifié son acte en disant: "C'est pour la Syrie, mes frères musulmans", puis "c'est parce que vous bombardez les hôpitaux en Syrie".

Le Premier ministre David Cameron a remercié lundi un usager du métro témoin de l'attaque et qui a crié "T'es pas un musulman mon frère !", phrase depuis devenue un mot-dièse à succès sur Twitter.

"Merci, cela sera applaudi dans tout le pays", a dit M. Cameron lors d'un déplacement dans le centre de l'Angleterre, qualifiant l'attaque d'"affreuse".

Cet incident est survenu deux jours après les premières frappes aériennes britanniques contre le groupe EI en Syrie. Il a également eu lieu moins d'un mois après les attentats de Paris, revendiqués par l'EI (130 morts), et trois jours après une tuerie aux États-Unis (14 morts).

Les enquêteurs du commandement antiterroriste (CTC) continuaient lundi à vérifier si l'accusé avait agi seul pour commettre ce qu'ils ont qualifié d'"acte de terrorisme". Un logement dans l'est de Londres a été perquisitionné dimanche.

La principale victime, un homme de 56 ans, présentait une entaille de douze centimètres de long à la nuque, selon le parquet lundi. Admis dans un hôpital londonien, il a été opéré pendant cinq heures. Mais ses jours ne seraient pas en danger.

Selon Salim Patel, qui tient une petite échoppe à l'intérieur de la station, l'agresseur a d'abord violemment frappé le quinquagénaire avant de sortir une lame et de faire "des mouvement de va-et-vient".

Police renforcée dans les transports

Un autre homme, David Pethers, un ingénieur de 33 ans, a été légèrement blessé au cou en tentant de s'interposer.

"Il avait surtout l'air taré, il avait cette lueur de folie dans le regard", a-t-il affirmé au quotidien Daily Mail, déplorant que d'autres témoins étaient "trop occupés à filmer la scène avec leur smartphones pour intervenir".

Plusieurs vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux et reprises par les médias montrent un homme de grande taille, vêtu à l'occidentale avec une chapka noire sur la tête et armé d'une lame. Les policiers utilisent leur pistolet à impulsion électrique à trois reprises. Touché, le suspect tombe et lâche l'arme, avant d'être maîtrisé au sol.

En réponse à l'incident, la police des transports a indiqué qu'elle allait déployer davantage d'agents en uniforme et en civil. "Des policiers armés et des chiens policiers seront également visibles en plus grand nombre", a souligné l'inspecteur Mark Newton.

L'attaque de samedi rappelle l'assassinat en mai 2013 du soldat Lee Rigby dans le sud de Londres. Il avait été lardé de coups de couteau par ses agresseurs qui s'étaient présentés comme des "soldats d'Allah en guerre contre la Grande-Bretagne" et avaient tenté de le décapiter.

En mars, un adolescent de 19 ans a été condamné à 22 ans de prison pour avoir projeté de décapiter un autre soldat.

Depuis août 2014, le niveau de menace terroriste est à 4 sur une échelle de 5 en Grande-Bretagne, signifiant qu'un attentat est considéré "hautement probable".