NOUVELLES
05/12/2015 20:45 EST | Actualisé 05/12/2016 00:12 EST

Un "Jubilé" portant la marque du pape François s'ouvre à Rome

Le "Jubilé de la miséricorde", ou année sainte, s'ouvre mardi à Rome, une initiative forte qui porte la marque du pape François et de sa volonté d'ouverture de l'Eglise catholique.

Annoncé au deuxième anniversaire de son élection, c'est l'un des actes les plus importants de son pontificat. Ce Jubilé porte profondément sa marque. La "miséricorde" - qui signifie volonté de Dieu de guérir l'homme repentant du péché et de lui permettre un renouveau -, est au centre de son enseignement.

C'est en partant de ce thème que le pape François avait ouvert en octobre un synode sur la famille, face aux résistances au changement de certains membres de la curie, le gouvernement du Vatican.

Il a aussi voulu ce Jubilé extraordinaire pour célébrer le 50e anniversaire de la fin du Concile Vatican II, qui avait changé et ouvert l'Eglise sur la modernité.

"Le monde a besoin de découvrir que Dieu est père, que la cruauté ne mène nulle part, que la condamnation ne mène nulle part. L'Eglise succombe parfois à la tentation de suivre une ligne dure", a encore rappelé le pontife argentin mercredi dernier.

Cette première "Année sainte" depuis le Jubilé de l'An 2000/2001 de Jean Paul II sera ponctuée jusqu'au 20 novembre 2016 de nombreux évènements comme la probable canonisation de Mère Teresa de Calcutta en septembre.

La venue attendue à Rome de millions de pèlerins pose aussi la question aigüe de la sécurité, alors que le groupe Etat islamique (EI) menace régulièrement le Vatican dans sa propagande.

- Casse-tête -

La présence des carabiniers, de la police et de l'armée s'est faite omniprésente. S'il ne semble pas y avoir de menace précise identifiée, la sécurité avec un pape qui refuse la distance avec la foule est un casse-tête pour les services de sécurité italiens et du Vatican.

C'est à 09H30 locales (08H30 GMT) que François prononcera, devant la basilique Saint-Pierre et en présence de son prédécesseur Benoît XVI, la formule en latin qui inaugure depuis 700 ans les Jubilés: "Aperite mihi Porta Iustitiae". La Porte sainte sera ouverte. La cérémonie, que le pape a voulu dépouillée, sera retransmise en mondiovision pour 1,2 milliard de catholiques.

Une longue procession de cardinaux, évêques, prêtres, religieux, religieuses et laïcs se dirigera ensuite vers la tombe de l'apôtre Pierre, fondateur de l'Eglise. Après une messe, François prononcera la prière de l'Angelus.

Le soir, à 19H00 (18H00 GMT), sur la façade et le dôme de la basilique tout illuminés, des oeuvres de photographes comme le Brésilien Sebastiao Salgado ou le Français Yann Arthus Bertrand, seront projetées. Elles illustreront la beauté de la nature, mais aussi les drames de l'humanité à commencer par les changements climatiques, au moment où se tient à Paris la conférence sur le climat.

Dès après l'Angélus, les pèlerins pourront eux-mêmes commencer à franchir la Porte sainte de Saint-Pierre.

Selon la tradition de l'Eglise, franchir une telle porte permet aux catholiques de recevoir l'"indulgence plénière" pour le pardon de leurs fautes.

- Universalité -

Cinq jours plus tard, le 13 décembre, pour la première fois, des "Portes saintes" seront ouvertes dans les différentes cathédrales du monde, en même temps que dans la cathédrale de l'évêque de Rome, Saint-Jean de Latran.

François a voulu rendre accessible la traversée des portes saintes au maximum de fidèles, démocratisant le Jubilé.

Dimanche dernier, François, en visite à Bangui, plongée dans des troubles civils, avait ouvert par anticipation une première "porte sainte" dans sa cathédrale et avait proclamé la capitale exsangue de la Centrafrique "capitale spirituelle du monde".

Le 18 décembre, le pape innovera encore en ouvrant une "porte de la miséricorde" dans un centre pour sans-abri à Rome. Il accomplira ainsi des "signes de miséricorde" une fois par mois, de manière privée.

Il y a d'autres innovations dans ce Jubilé: tous les prêtres dans le monde entier pourront pardonner le péché de l'avortement, qui entraîne l'excommunication. Une ouverture claire du pape en direction de femmes qui se sont senties stigmatisées par l'Eglise.

Huit cents "missionnaires de la miséricorde", agréés par le pape, pourront absoudre des péchés graves que normalement il peut seul remettre, comme la violation du secret de la confession et la nomination illégale d'évêques et de prêtres. Le pape a aussi évoqué la possibilité pour diverses catégories immobilisées d'obtenir le pardon de leurs fautes, comme les détenus dans les prisons.

Un énorme dispositif est en place: centre d'accueil des pèlerins, billets gratuits pour le pèlerinage, délivrance des attestations de participation, volontaires, sécurité, et jusqu'aux confessionnaux spéciaux pour les sourds et des livres tactiles pour les aveugles.

Ce Jubilé sera aussi hyper-connecté, avec des comptes spécifiques sur Facebook, Twitter et Instagram, ainsi qu'une application pour smartphone. Un portail unique "Roma per il Giubileo" recensera toutes les informations pratiques.

jlv/ob/myl