NOUVELLES
06/12/2015 00:25 EST | Actualisé 06/12/2016 00:12 EST

Les Arméniens votent pour un projet de réforme constitutionnelle controversé

Les Arméniens ont commencé à voter dimanche pour se prononcer par référendum sur un changement controversé de gouvernance, qui permettrait, selon l'opposition, le maintien au pouvoir du président de la République Serzh Sarkisian.

Le projet de réforme constitutionnelle prévoit un rôle honorifique pour le président qui serait élu par le Parlement pour un mandat de sept ans au lieu de cinq actuellement et donne la prééminence au Premier ministre, dans cette ancienne république soviétique.

Mais ce référendum a été dénoncé par l'opposition qui estime que cette réforme a pour but de permettre au président, un ancien militaire pro-russe, de garder le pouvoir lorsqu'il devra quitter ses fonctions en 2018 au terme de son second mandat. Il pourrait alors devenir, selon l'opposition, Premier ministre.

Alors qu'il avait nié par le passé tout projet de rester au pouvoir au-delà de 2018, M. Sarkisian, âgé de 61 ans, s'est refusé jeudi de commenter sa promesse antérieure.

Quelque 5.000 personnes avaient manifesté mardi à Erevan, capitale de l'Arménie contre le projet de réforme, à l'appel d'une coalition de partis d'opposition.

Les manifestants qui ont investi la place de la Liberté, en centre-ville, ont demandé la démission du dirigeant, au pouvoir depuis 2008.

De son côté, la Commission européenne pour la démocratie par le droit, aussi appelée commission de Venise - organe consultatif du Conseil de l'Europe- a estimé que cette réforme "est un pas en avant dans la transition démocratique de l'Arménie.

mkh-im/ma/we/pt