NOUVELLES
06/12/2015 00:29 EST | Actualisé 06/12/2016 00:12 EST

France: 250 météorites à vendre aux enchères

Amateurs de cabinet de curiosités, astrophysiciens, artistes contemporains ou passionnés de déco ont rendez-vous, lundi à Paris, pour une vente exceptionnelle de quelque 250 météorites à la salle de vente aux enchères Drouot.

"Des gens font une fixette sur les météorites", explique à l'AFP Christophe Lucien, commissaire priseur de la vente.

Les collectionneurs, qui se comptent désormais par milliers, semblent tous envoutés par ces objets célestes, objets de culte dans l'antiquité.

Issue de la succession d'un passionné d'astrophysique, Pierre Delpuech, cette vente est la plus importante de ce genre en termes de quantité, selon la maison de vente Lucien Paris, avec un grand nombre de Pallasites retrouvées dans le sud de la Sibérie occidentale contenant de grands cristaux d'olivine, des minéraux de couleur vive, piégés dans le fer et le nickel.

Les deux pièces les plus chères sont estimées à 60.000 euros mais de nombreuses autres ne dépassent pas les 100 euros.

Le premier critère de valeur pour une météorite, c'est sa rareté, sa valeur scientifique. Mais depuis peu, un nouveau facteur entre en jeu: sa forme, sa structure, bref, sa beauté.

Pour certains amateurs, ces cailloux extraterrestres sont des objets de décoration. "C'est comme un objet d'art, façonné par la haute atmosphère", s'enthousiasme le commissaire-priseur. "Sur certaines météorites, on a l'impression de voir des traces de pouces comme sur les oeuvres de Rodin", le grand sculteur français du XIXe siècle.

Des artistes contemporains ont rejoint les rangs de leurs adeptes. Au début de l'année, l'artiste Danois Olafur Eliasson a exposé à la Fondation Louis Vuitton à Paris une météorite de quatre milliards d'années.

Autres fans de ces corps célestes, les amateurs de cabinets de curiosités qui reviennent en force. Collectionner, chez soi, comme au XVIIe siècle, des objets rares et chargés de mystère redevient très à la mode en France et plus largement en Europe.

Les météorites y côtoient des cornes de narval, des nautiles montés (des mollusques pourvus d'une coquille spiralée), des cornes de rhinocéros blancs.

A l'autre bout du globe, de riches amateurs chinois sont également prêts à dépenser une fortune pour acquérir des fragments de météorite, faisant bondir les prix et bousculant le marché mondial.

"Les Chinois adorent les objets qui sont chargés de légende, de signification", explique le commissaire-priseur.

Le marché reste restreint. Les météorites tombent du ciel au compte-goutte et sont encore plus rarement retrouvées. Et les collectionneurs gardent souvent pour toujours leurs acquisitions.

lc/ial/mw/ros