NOUVELLES
02/12/2015 10:14 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Unesco: équitation autrichienne, kimchi nord-coréen et tir à la corde asiatique inscrits au patrimoine immatériel

L'équitation classique à Vienne, le kimchi nord-coréen ou encore le tir à la corde en Asie du Sud-Est figurent parmi vingt nouveaux inscrits sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, a-t-on appris mercredi auprès de l'organisation onusienne.

Réuni en Namibie jusqu'au 4 décembre, le Comité intergouvernemental de l'organisation onusienne a inscrit vingt nouveaux éléments sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

"L'équitation classique à l'École d'équitation espagnole de Vienne est l'art traditionnel et la pratique de la reproduction, de l'élevage, du dressage et de la monte des chevaux lipizzans", explique l'Unesco.

Vieille de près de 450 ans, héritage de la gloire perdue des Habsbourg, l'Ecole d'équitation espagnole de Vienne est réputée pour son élitisme et ses élégants étalons blancs, les Lippizans, tous des descendants de la longue lignée des étalons blancs espagnols élevés à la cour impériale.

L'école a un statut de société de droit public depuis sa privatisation par l'Etat en 2001.

La responsable de l'école, Elisabeth Guertler, également directrice du luxueux hôtel Sacher, a salué dans un communiqué une distinction qui honore "la plus ancienne école d'équitation dans le monde" qui "fait partie de l'identité de Vienne, de l'identité de l'Autriche (...) une tradition nationale depuis la monarchie austro-hongroise" un modèle "d'interaction harmonieuse quotidienne entre les humains et les animaux".

L'artisanat du cuivre de Lahidj, en Azerbaïdjan, est le deuxième nouvel inscrit. Il s'agit de "la pratique traditionnelle de fabrication et d'utilisation des produits en cuivre concentrée dans la communauté Lahidj, dans le Caucase".

Il y a ensuite le surova, un festival populaire de la région de Pernik, en Bulgarie, qui a lieu chaque année les 13 et 14 janvier pour fêter le Nouvel An.

Quatrième inscrit: "les rituels et jeux de tir à la corde dans les cultures rizicoles d'Asie de l'Est et du Sud-Est (Cambodge, Philippines, Corée, Vietnam)" qui sont "pratiqués au sein des communautés pour assurer récoltes abondantes et prospérité".

En Colombie et en Equateur, "les musiques de marimba, les chants et les danses traditionnels sont des expressions musicales intégrantes du tissu de la communauté des afro-descendants".

Dans l'après-midi, l'Unesco a annoncé quinze nouveaux inscrits, notamment le kimchi de Corée du Nord, mets traditionnel coréen à base de légumes lacto-fermentés, dont le pendant et grand rival sud-coréen avait été inscrit deux ans plus tôt.

Les autres nouveaux inscrits sont: le Fichee-Chambalaalla en Ethiopie, une fête du Nouvel An célébrée par les Sidamas; l'art de la sculpture sur marbre à Tinos en Grèce; trois danses traditionnelles balinaises en Indonésie; l'aitysh ou aitys, art de l'improvisation, au Kazakhstan; le festival des fruits du marula, appelé Oshituthi shomagongo, en Namibie; la danse Wititi de la vallée du Colca au Pérou; les danses de garçons en Roumanie; l'Alardah, spectacle traditionnel d'Arabie saoudite qui associe danses, percussions et poésie chantée; la culture de la cornemuse en Slovaquie; le chant épique Görogly au Turkménistan; les Majlis, "endroits pour s'asseoir", dans les pays du Golfe persique; le café arabe, symbole de générosité, toujours dans le Golfe; l'Al-Razfa, spectacle populaire aux Emirats arabes unis; et enfin les connaissances et technologies traditionnelles liées à la culture et à la transformation de la plante curagua au Venezuela.

L'examen des nouvelles candidatures sur la liste représentative, qui comptait jusqu'à lors 314 inscrits, se poursuivra jusqu'au 4 décembre à Windhoek.

hba/amd