NOUVELLES
02/12/2015 09:28 EST | Actualisé 02/12/2016 05:12 EST

Réchauffement planétaire : Oxfam épingle le mode de vie des riches

La semaine dernière, des activistes d'Oxfam ont fait une mise en scène avec des caricatures des présidents français, chinois et américain, Francois Hollande, Xi Jinping et Barack Obama, ainsi que du premier ministre indien Narendra Modi et la chancelière allemande Angela Merkel. Photo : Benoit Tessier / Reuters

Les 10 % des habitants les plus riches du monde émettent environ 50 % des gaz à effet de serre (GES), tandis que les 50 % les plus pauvres ne sont responsables que de 10 % de ces émissions, révèle un rapport d'Oxfam publié à l'occasion de la conférence de Paris sur le climat.

Image encore plus frappante : les individus qui comptent parmi les 1 % les plus riches génèrent en moyenne 175 fois plus de CO2 qu'une personne se situant dans les 10 % les plus pauvres.

« Le changement climatique est intrinsèquement lié aux inégalités économiques: c'est une crise induite par les émissions de gaz à effet de serre des nantis qui frappe le plus durement des pauvres. » — Extrait du rapport d'Oxfam

Les chiffres d'Oxfam sur la consommation des Canadiens reflètent d'ailleurs les conclusions du rapport : les 10 % les plus riches au pays émettent 28,75 tonnes de CO2 - la quantité la plus élevée après les Américains - alors que les 50 % les plus pauvres n'en émettent que 6,6.

À titre de comparaison, les 10 % des Chinois les plus riches produisent 4,76 tonnes de CO2, contre 0,76 pour les 50 % les plus pauvres. En moyenne, chaque Chinois émet donc 1,5 tonne de CO2, comparativement à 11,43 tonnes pour un Canadien.

Le fait que les riches polluent davantage que les pauvres n'est pas nouveau en soi, mais la particularité du rapport de l'ONG britannique réside dans le regard qu'il pose sur modes de consommation individuelle et leur effet sur le climat. Habituellement, ces calculs comparent les émissions de GES des pays.

Un riche Chinois n'équivaut pas un riche Américain

Même si les émissions totales des grands pays émergents comme l'Inde et les Chine sont en hausse, l'étude conclut que les riches de ces pays émettent tout de même beaucoup moins de GES que ceux des pays riches.

Selon Oxfam, la hausse des GES émis par les pays émergents s'explique par ailleurs en bonne partie par le fait qu'ils produisent des biens consommés dans d'autres pays.

« Les pays en développement doivent faire leur part, mais c'est aux pays riches qu'il appartient de montrer la voie et d'assumer les conséquences désastreuses de leurs modes de développement et de consommation. » — Romain Benicchio, responsable des politiques climat à Oxfam France

Ces conclusions renvoient au concept de « responsabilité historique » des pays industrialisés dans le réchauffement de la planète, et aux discussions sur l'aide financière que les pays du Nord doivent fournir à ceux du Sud pour les aider à combattre les phénomènes qui y sont liés.

Dans le cadre des négociations en cours à Paris, les pays en développement défendent le principe de la « responsabilité commune, mais différenciée », selon lequel les pays du Nord sont tenus à davantage d'obligations étant donné cette responsabilité historique.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo De fausses pubs pour la COP21 Voyez les images