NOUVELLES
02/12/2015 04:13 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Moscou accuse le président turc de profiter du commerce avec l'État islamique

MOSCOU — D'importants dirigeants russes ont accusé mercredi le président turc et sa famille de profiter personnellement du commerce illicite du pétrole avec le groupe armé État islamique.

Ces nouvelles accusations ont été portées sur fond de querelle entre les deux pays, depuis que la Turquie a abattu la semaine dernière un avion de combat russe près de la frontière avec la Syrie.

S'adressant à des dizaines de délégués militaires étrangers et à des centaines de journalistes à Moscou, le ministre russe adjoint de la Défense, Anatoli Antonov, a dit que la Russie détient des preuves qui démontrent que le président turc Recep Tayyip Erdogan et sa famille sont directement liés au commerce du pétrole avec les djihadistes.

M. Antonov a dit que ce commerce rapporte 2 milliards $ US aux militants islamistes chaque année. Un dirigeant de l'armée russe prétend que les frappes aériennes menées par son pays en Syrie ont réduit de moitié les profits générés par les djihadistes.

Les responsables du ministère de la Défense ont présenté aux médias des images satellitaires qui, selon eux, montrent des milliers de camions transportant du pétrole vers la Turquie, depuis les secteurs contrôlés par le groupe armé en Irak et en Syrie. Ils n'ont toutefois fourni aucune preuve de l'implication personnelle de M. Erdogan et de sa famille.

Le président turc a nié que son pays participe au commerce du pétrole avec les djihadistes. Il a fréquemment répété qu'il démissionnera si Moscou est en mesure de prouver le contraire.

Par ailleurs, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a indiqué mercredi qu'il acceptera de rencontrer son homologue turc plus tard cette semaine pour discuter de la destruction de l'avion de combat.