NOUVELLES
02/12/2015 04:11 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Mercedes-Benz envisage de casser le tandem Hamilton-Rosberg

Lewis Hamilton et Nico Rosberg sont de vieux camarades. Mais les tensions inhérentes à la course les poussent l'un contre l'autre.

Mercedes-Benz s'en rend bien compte, et commence à réaliser qu'il devient contre-productif de les laisser dans le même garage.

« Nous avons de plus en plus de mal [à gérer la situation], car quand un des deux gagne, l'autre est de mauvaise humeur, fait remarquer le directeur de l'équipe Toto Wolff à www.motorsport.com. Ça s'étend à l'équipe. Et il faut que ça cesse.

« Nous avons pris la décision il y a trois ans d'avoir deux pilotes de même valeur pour faire progresser l'équipe. La personnalité, le caractère de chacun est un élément crucial au succès de l'équipe. Si ce n'est plus une plus-value pour l'équipe, il faudra en tenir compte au moment de réévaluer notre tandem de pilotes. C'est important d'avoir des pilotes doués et rapides. Mais nous voulons des pilotes de bonne humeur »

La presse a aussi sa responsabilité, se faisant fort d'entretenir le malaise. Lors de la conférence d'après-course à Abou Dhabi, un journaliste a demandé aux deux pilotes s'ils allaient s'offrir des cadeaux de Noël. Gros malaise!

« On ne l'a jamais fait, pourquoi on commencerait? », a rétorqué Hamilton.

Mercedes-Benz a remporté 16 victoires (en 19 courses), a obtenu 18 positions de tête. Malgré cela, selon Toto Wolff, cette relation malsaine entre les deux pilotes est « la plus grande faiblesse » de l'équipe.

« Il se passe plein de choses en coulisse, admet Toto Wolff. L'équipe est unie et solide, mais notre plus grande faiblesse, c'est la relation de plus en plus difficile entre nos deux pilotes, et parfois entre les pilotes et l'équipe. »

Réduire les tensions

Dans la dernière partie de la saison, Rosberg était fâché du comportement agressif de son coéquipier (leur explication au premier virage à Austin fait foi) tandis que Hamilton s'est plaint régulièrement du manque de flexibilité de l'équipe en terme de stratégie de course.

Comme en témoigne le communication-radio de l'ingénieur de course du Britannique, qui, à Abou Dhabi, lui a intimé l'ordre de changer de cartographie moteur : « c'est un ordre! », a dit Peter Bonnington.

Nico Rosberg a remporté les trois dernières courses, une fois le titre des pilotes acquis à Hamilton.

L'équipe a-t-elle voulu « renvoyer l'ascenseur » à Rosberg pour services rendus? La question se pose, et à voir le comportement du Britannique, lui aussi s'est posé la question.

Toto Wolff a dû à chaque fois faire preuve de diplomatie pour aplanir les différends. Il ne veut plus que ces tensions nuisent au rendement de l'équipe.

Le climat de travail en 2016 pourrait changer si l'ennemi à battre n'est pas dans le même garage, mais bien dans le garage Ferrari...