NOUVELLES
02/12/2015 05:55 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Libye: un commandant tué par une roquette à Benghazi

Un commandant de l'armée loyale au gouvernement reconnu a été tué et cinq militaires blessés par le tir d'une roquette à Benghazi dans l'est de la Libye, a indiqué mercredi une source militaire.

"Le commandant de l'unité des opérations de l'armée libyenne, le colonel Ali al-Themen, a été tué ce matin dans la périphérie de Sidi Faraj, dans l'est de Benghazi", a indiqué Nasser el-Hassi, le porte-parole de la base aérienne de Benina, située au sud de Benghazi, à un millier de km de Tripoli.

Cet officier de haut rang "a été touché par une roquette lors d'une tentative d'avancée des forces armées vers les positions des groupes extrémistes", a-t-il ajouté, cité par Lana, l'agence de presse proche des autorités reconnues.

Cette attaque intervient au lendemain d'une offensive menée par les groupes armés opposés aux forces gouvernementales contre la base aérienne de Benina. La zone a été touchée par 28 roquettes, dont certaines sont tombées sur des habitations, faisant plusieurs blessés parmi les civils, selon des sources de l'armée.

Une attaque par roquettes sur deux quartiers résidentiels à Benghazi a fait un mort et trois blessés mardi, selon des sources médicales de la ville.

Depuis un an et demi, Benghazi est le théâtre de combats sanglants entre d'une part des groupes armés, dont certains sont extrémistes comme les groupes Etat islamique (EI) et Ansar Asharia, proche d'Al-Qaïda, et d'autres part les forces loyales au gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Celles-ci, sous le commandement du général Khalifa Haftar, tentent depuis des semaines de reprendre le contrôle des casernes que ces groupes armés ont pris à Benghazi et de percer en direction des zones sur lesquelles elles n'ont plus aucune autorité.

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 et deux autorités politiques se disputent le pouvoir depuis l'an dernier, l'une basée à Tripoli et l'autre, la seule reconnue internationalement, basée dans l'Est.

mah/rb/jri