NOUVELLES
02/12/2015 13:56 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Les routes de glace du Grand Nord sont-elles en péril?

Les températures anormalement élevées en ce début du mois de décembre inquiètent les communautés autochtones du Grand Nord de l'Ontario, qui comptent sur les routes de glaces, notamment pour leur approvisionnement.

Un texte de Martine Laberge

Une trentaine de communautés isolées sont reliées l'hiver par ce réseau de routes de glace.

L'Ontario a d'ailleurs le plus vaste réseau de routes de glace de l'Amérique du Nord avec plus de 3160 kilomètres.

Retards prévus

Habituellement, les préparatifs en vue de l'ouverture du réseau routier débutent vers le 10 décembre sur la côte ouest de la baie James. La date de l'ouverture des routes varie quelque peu d'année en année, mais, habituellement, les routes sont ouvertes à partir de la fin janvier.

Le grand chef du conseil Mushkegowuk, Jonathan Solomon, prévoit déjà qu'il y aura des retards cette année. Il affirme que des équipes doivent travailler durant plusieurs semaines pour préparer et réparer les routes.

Livraisons en péril

Les chefs autochtones préviennent que si le sol ne gèle pas bientôt, l'acheminement de vivres, de matériaux de construction et de carburant pourrait être en péril. Ces produits sont acheminés vers les communautés du Nord par les routes de glace, ce qui est moins dispendieux que le transport aérien.

De plus, certaines communautés sont alimentées en électricité par des génératrices qui fonctionnent avec du carburant. Des dizaines de réservoirs sont acheminés dans les villages sur la route de glace chaque hiver.

Si l'ouverture des routes est retardée d'une façon significative, cela pourrait entraîner des coûts supplémentaires importants.

Le temps froid se fait attendre

Le météorologue d'Environnement Canada Peter Kimbell prévient que le temps froid n'arrivera pas de sitôt. « On ne le verra certainement pas avant la troisième semaine de décembre », affirme-t-il.

Pire encore, de la pluie verglaçante pourrait même s'abattre dans le Grand Nord d'ici deux semaines.