NOUVELLES
02/12/2015 09:13 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Les plaintes contre les fournisseurs de services internet sont en hausse

TORONTO — Les Canadiens ont été moins nombreux à porter plainte contre les fournisseurs de téléphonie sans fil en 2014-2015, mais ils ont été moins satisfaits de leur plan internet.

Dans son rapport annuel publié mercredi, le Commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunications (CPRST), un organisme à but non lucratif créé et financé par l'industrie, soutient que le nombre total de plaintes est passé de 11 340 l'an dernier à 9988 cette année (d'août à juillet).

Les plaintes relatives aux services internet représentent 26,1 pour cent de toutes les plaintes, soit une hausse de plus de la moitié par rapport à l'an dernier. Les plaintes contre les fournisseurs de téléphonie sans fil ont par contre diminué, passant de plus de 60 pour cent à 53 pour cent du total des plaintes.

Depuis que l'organisme recense les données, en 2007, c'est la première fois que l'on enregistre une baisse dans la proportion de plaintes visant le sans-fil.

En 2013, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a mis en place un nouveau code de conduite pour le secteur du sans-fil. Selon le CPRST, le nombre de violations de ce code de conduite est passé de 30 l'an dernier à 582 cette année. Mais près des trois quarts de ces violations — 422 — ont été commises par un seul fournisseur, Wind Mobile, et concerne son plan «d'itinérance illimitée» entre le Canada et les États-Unis.

BCE a encore été le fournisseur le plus visé par les plaintes, avec 36 pour cent du total; Rogers Communications suit avec 18,2 pour cent. La part des autres fournisseurs passe ensuite bien en dessous: Wind Mobile (à 7,0 pour cent), Virgin et Fido (6,1), Telus (4,7), Vidéotron (3,1), Koodoo (1,8), Cogeco (0,8) ou Distributel (0,3).