NOUVELLES
02/12/2015 05:17 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Le taux directeur demeure inchangé à 1/2 pour cent

OTTAWA — La Banque du Canada a annoncé mercredi qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à 1/2 pour cent.

La banque centrale a expliqué que la croissance de l’économie mondiale évolue essentiellement comme elle l’avait anticipé dans la livraison d’octobre du Rapport sur la politique monétaire (RPM).

L’économie américaine continue de progresser à un rythme solide, ajoute-t-elle, quoique la demande intérieure privée se soit révélée un peu moins robuste que prévu. Parallèlement, les prix des produits de base ont baissé davantage.

Au Canada, la dynamique de la croissance a concordé en gros avec les perspectives d’évolution présentées par la banque dans le RPM. L’économie continue de subir une longue période d’ajustement complexe à la détérioration des termes de l’échange du Canada. Cet ajustement est facilité par le redressement en cours de l’économie américaine, un dollar canadien plus faible et l’assouplissement monétaire opéré par la banque centrale cette année.

Le secteur des ressources fait encore face au recul des prix des produits de base. Dans les secteurs hors ressources, les exportations se raffermissent, en particulier celles qui sont sensibles aux variations du taux de change. Toutefois, les investissements des entreprises sont encore freinés par les réductions de dépenses dans le secteur des ressources.

La banque s’attend à ce que le taux de croissance du PIB ralentisse au quatrième trimestre de 2015 avant de dépasser celui de la production potentielle en 2016.

Dans un contexte marqué par tous ces ajustements, l’inflation évolue conformément aux perspectives de la banque présentées en octobre. L’inflation mesurée par l’IPC global reste près de la limite inférieure de la fourchette cible de la banque, en raison de la baisse des prix à la consommation de l’énergie. L’inflation mesurée par l’indice de référence s’établit près de 2 pour cent, les effets de la dépréciation du dollar et de l’écart de production continuant de s’annuler mutuellement.

La banque est d’avis que les risques liés au profil de l’inflation demeurent relativement équilibrés au cours de la période de projection.