Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le photographe Jacques Gélineau surveille l'effet des changements climatiques

L'effet des changements climatiques sur la Côte-Nord préoccupe le photographe et environnementaliste Jacques Gélineau.

Le résident de Sept-Îles a participé à des travaux de repérage sur le littoral du Saint-Laurent au cours des années 1980, avec le Centre de recherche des îles Mingan. Il a continué à photographier le rivage, notamment pour le compte de l'Institut Maurice-Lamontagne. Selon lui, le comportement des espèces animales a changé.

La couche de glace annuelle qui longe le littoral se forme plus rarement. La colonie de fous de Bassan de l'île de Bonaventure fréquente désormais l'archipel de la Minganie pour s'alimenter, ce qui expose à la prédation les petits qui restent au nid.

Autre effet, la faune marine semble se raréfier, notamment le phoque gris et les rorquals, qui peinent à récolter leur part de poissons de fond. Jacques Gélineau souhaite le retour des programmes de documentation sur le terrain, et plaide pour une interprétation plus responsable des changements climatiques.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.