NOUVELLES
01/12/2015 23:59 EST | Actualisé 01/12/2016 00:12 EST

Le gouvernement conservateur polonais met fin au programme de fécondation in vitro

Le nouveau gouvernement conservateur polonais a décidé de mettre fin dès mi-2016 au programme de financement de la fécondation in vitro par l'Etat, un des acquis phares du gouvernement précédent de la Première ministre libérale Ewa Kopacz.

Le ministre de la Santé Mikolaj Radziwill a fait cette annonce mardi soir en présentant les grandes lignes de sa politique devant la commission de la santé du parlement.

"Le programme in vitro sera réalisé jusqu'au milieu de l'année prochaine. Après cette date, il ne sera plus poursuivi", a-t-il déclaré, selon l'agence PAP.

La méthode, qui consiste à mettre en contact un spermatozoïde et un ovule dans un laboratoire, hors du corps de la femme, puis à transférer l'embryon dans son utérus, n'est pas interdite, mais elle ne pourra être utilisée qu'aux frais des intéressés.

Peu avant les élections du 25 octobre qui ont donné une victoire écrasante au parti Droit et Justice (PiS) de Jaroslaw Kaczynski, le gouvernement de la Plateforme Civique avait réservé 304 millions de zlotys (72 millions d'euros ) pour financer la poursuite du programme entre le 1er juillet 2016 et le 31 décembre 2019.

La Pologne, pays où l'influence de l'Eglise catholique sur la vie politique reste importante, est pendant des années restée sans aucune loi régissant cette méthode de procréation assistée.

Le PiS a tenté de l'interdire, allant jusqu'à proposer des peines de prison pour ceux qui la pratiquaient.

Certains évêques polonais ont même comparé la fécondation in vitro à un avortement raffiné, au cas où des embryons surnuméraires sont détruits.

Selon les données du ministère de la Santé du 3 novembre, 3.644 enfants sont nés dans la cadre du programme gouvernemental de la FIV et la procédure était en cours chez 17.023 couples.

"C'est une décision nuisible", a déclaré l'ancienne chef de gouvernement libéral Mme Kopacz, qui "affecte près d'un million de couples en Pologne qui n'ont pas les moyens financiers de payer de leur poche ce traitement coûteux".

Le programme gouvernemental leur permettait de financer par l'Etat jusqu'à trois tentatives de fécondation.

mc/via/ros