NOUVELLES
02/12/2015 12:54 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

La Maison Blanche envoie le vice-président en Ukraine pour tenter de rassurer

Le vice-président américain Joe Biden se rendra en Ukraine dimanche dans l'espoir de rassurer Kiev, inquiet du rapprochement des pays occidentaux avec la Russie dans le cadre de la lutte contre le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak.

M. Biden, qui rencontrera les dirigeants ukrainiens et prononcera un discours devant le Parlement, sera porteur d'un message de solidarité, ont indiqué mercredi des responsables américains.

"L'un des principaux objectifs de ce voyage est de rappeler aux Ukrainiens que, même si une grande partie de l'attention internationale est tournée vers le rôle de la Russie en Syrie, nous, les Etats-Unis, n'avons pas oublié l'Ukraine", a souligné l'un d'eux.

"Ce qui passe au Proche-Orient n'a pas fait changer d'un iota notre engagement envers le peuple ukrainien et sa sécurité", a-t-il ajouté.

Depuis le début de la crise politique en Ukraine, fin 2013, puis du conflit armé dans l'est en 2014, les Etats-Unis ont systématiquement condamné les agissements des séparatistes pro-russes et dénoncé l'implication militaire de Moscou. Cela a provoqué une poussée de fièvre entre Washington et Moscou lorsque les Américains ont imposé des sanctions contre des intérêts russes.

Mais Kiev redoute aujourd'hui qu'Américains et Européens, soucieux de renforcer la lutte contre les jihadistes de l'EI, ne baissent le garde face à Moscou. Le gouvernement ukrainien s'inquiète en particulier d'une possible levée des sanctions contre la Russie.

"Nous avons clairement dit dès le départ aux Russes comme aux Ukrainiens et à nos amis européens que notre dialogue avec la Russie sur la Syrie n'avait pas d'impact sur l'Ukraine", a affirmé le responsable américain. "Rien dans nos conversations concernant la Syrie n'a d'influence sur notre analyse selon laquelle la Russie continue à être l'agresseur en Ukraine", a-t-il assuré.

Washington fait du respect des accords de Minsk une condition préalable à la levée des sanctions. Signés grâce à une médiation franco-allemande, ces accords visent à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 8.000 morts dans l'est ukrainien depuis avril 2014.

arb-jca/elc