NOUVELLES
02/12/2015 04:22 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

L'UE relance la machine à recycler les déchets avec de nouvelles propositions

La Commission européenne a présenté mercredi ses nouvelles propositions pour "boucler la boucle" en matière de transformation et de recyclage des déchets au sein du Marché intérieur d'ici 2030, un an après avoir remisé au placard un précédent paquet de mesures.

"Nous devons découpler la croissance économique de la consommation de ressources", a lancé le vice-président de la Commission Frans Timmermans avant de présenter les nouveaux objectifs fixés lors d'une conférence de presse.

Si l'UE ne peut pas rivaliser avec d'autres pays sur les coûts des salaires ou sur des ressources naturelles bon marché, elle peut devenir plus compétitive grâce à une utilisation efficace des ressources et une gestion "moderne" des déchets, a expliqué M. Timmermans.

Il avait promis fin 2014 un nouveau paquet de mesures "plus ambitieux", après avoir enterré les propositions de la précédente Commission au nom du "mieux légiférer", une décision qui avait alarmé les défenseurs de l'environnement.

Avec un objectif de recyclage de 65% des déchets dit "municipaux" et un objectif de recyclage de 75% des emballages d'ici à 2030, contre respectivement 70% et 80% un an plus tôt, les critiques n'ont pas manqué de souligner des chiffres au rabais.

"Nous fixons des objectifs très ambitieux mais réalistes", a répondu Frans Timmermans. Les taux de recyclage varient de façon spectaculaire entre les différentes Etats membres, de 10% à 64%, a-t-il observé.

Par ailleurs, les nouvelles propositions ne s'attaquent pas seulement aux déchets mais à la boucle complète de l'"économie circulaire", et offrent des moyens concrets d'atteindre les buts fixés, a-t-il souligné. De plus, le nouvel objectif en matière de mise en décharge, établi à 10% d'ici 2030, devra être légalement contraignant, contrairement à ce qui était proposé précédemment.

Quelque 650 millions d'euros seront attachés au financement de la transition, au travers du programme européen de financement de la recherche et de l'innovation, et 5,5 milliards d'euros de fonds structurels pour la gestion des déchets.

La Commission compte notamment s'appuyer sur une refonte de l'éco-conception pour mettre en valeur l'efficience en matière d'utilisation des ressources, la lutte contre le gaspillage alimentaire ou encore une nouvelle stratégie sur les matières plastiques.

Selon l'UE, la prévention des déchets, l'éco-conception, le réemploi "et autres mesures similaires" pourraient faire économiser 600 milliards d'euros nets aux entreprises, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de 2 à 4%, et créer 580.000 emplois.

mla/agr/sg