NOUVELLES
02/12/2015 09:52 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

L'ambassadeur canadien déplore le pouvoir de l'argent à Washington

OTTAWA — L'ambassadeur du Canada aux États-Unis estime que les Américains doivent trouver une façon d'affranchir la politique du pouvoir de l'argent, une influence indue qui desservirait les intérêts des deux pays, selon lui.

Gary Doer soutient que les Canadiens devront bien un jour mesurer l'ampleur de ce phénomène et élaborer de nouvelles stratégies afin de contrer le pouvoir immense de l'argent dans la politique américaine, notamment dans les activités de lobbyisme et lors des campagnes présidentielles.

Dans une allocution à Ottawa, mercredi midi, le diplomate a cité par exemple les millions de dollars qui ont été dépensés au fil des ans pour bloquer la construction d'un nouveau pont entre Detroit, au Michigan, et Windsor, en Ontario. Or, ce projet d'infrastructure était primordial pour les échanges commerciaux entre les deux pays, a-t-il dit.

M. Doer prévient par ailleurs que l'on devrait prendre très au sérieux la candidature de Donald Trump à l'investiture républicaine, car l'homme d'affaires recueillerait autour de 30 pour cent d'appuis, selon les sondages, et son discours trouve un écho certain auprès des militants du parti.

L'ambassadeur, dont le mandat à Washington doit prendre fin l'an prochain, estime que le nouveau gouvernement libéral devra d'ici là trouver la personne idéale pour le remplacer, alors que les Républicains contrôlent le Congrès et que les Démocrates dirigent la Maison-Blanche.

Évidemment, tout cela pourrait changer en novembre prochain lors de l'élection présidentielle, a reconnu le diplomate, qui a été pendant dix ans premier ministre néo-démocrate du Manitoba avant d'être nommé ambassadeur à Washington par Stephen Harper, en 2009.