NOUVELLES
02/12/2015 06:34 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Koweït: des députés réclament une action en justice pour 24 responsables

Des députés koweïtiens ont demandé mercredi au gouvernement de renvoyer devant le procureur général 24 anciens responsables du secteur pétrolier pour l'affaire du paiement de 2,2 milliards de dollars de pénalités au géant américain Dow Chemical.

Une enquête parlementaire a accusé dans un rapport les anciens responsables, dont deux ex-ministres du Pétrole, d'avoir gaspillé l'argent public et engrangé des gains illégaux.

Le Koweït et Dow Chemical avaient signé en 2008 un accord sur la construction d'un complexe pétrochimique de 17,4 mds USD mais l'émirat s'était unilatéralement retiré du projet en raison de différends entre le Parlement et le gouvernement.

La Chambre internationale de commerce avait ordonné en 2013 le paiement par le Koweït d'une compensation de 2,2 Mds USD (2 mds euros).

Le gouvernement avait payé l'amende en dépit de l'opposition du Parlement qui réclamait d'abord l'ouverture d'une enquête.

Lors d'un débat au Parlement mercredi, le ministre d'Etat pour les Affaires du cabinet cheikh Mohammad Moubarak Al-Sabah a indiqué que le gouvernement transmettrait le rapport d'enquête parlementaire à la justice.

Plusieurs députés ont cependant critiqué l'enquête, la qualifiant de "partisane et motivée politiquement", un grand nombre d'anciens et actuels responsables liés à l'affaire n'ayant pas été mentionnés dans le rapport selon eux.

Selon le député Ahmad al-Azemi, des membres du Conseil suprême du Pétrole devraient aussi être mis en cause car ils ont approuvé l'accord et son annulation.

Son collègue islamiste Hamdane al-Azemi a déploré que les auteurs du rapport n'aient pas interrogé les hauts responsables qui ont pris cette décision, en référence au gouvernement.

Le Koweït, riche pays pétrolier du Golfe, est régulièrement le théâtre de crises politiques.

De 2006 à 2013, le pays a notamment connu la démission d'une dizaine de gouvernements et la dissolution de six Parlements.

oh/vl/feb