NOUVELLES
02/12/2015 01:39 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Kenya: un Britannique jugé pour terrorisme condamné à 9 ans pour falsification de documents

Un Britannique jugé pour terrorisme au Kenya, Jermaine Grant, a été parallèlement condamné mercredi en appel par un tribunal de Mombasa à neuf années d'emprisonnement pour falsification de documents.

Grant a été reconnu coupable de neuf chefs d'accusation de falsification de documents, incluant une fausse déclaration de nationalité kényane, et a été condamné à une peine d'un an de prison pour chacun d'entre eux.

Le juge Martin Muya a infirmé le jugement d'un tribunal de première instance de Mombasa qui avait ordonné en janvier l'abandon de ces neuf chefs d'accusation, estimant que la preuve des infractions n'avait pas été apportée. Le Parquet avait fait appel.

Ouvert en janvier 2012 à Mombasa, le procès de Grant pour le chef d'accusation principal de terrorisme continue.

Grant, un Britannique converti à l'islam, a été arrêté en décembre 2011 à Mombasa en possession de produits chimiques, de batteries et d'interrupteurs, un équipement pouvant servir à fabriquer des engins explosifs. Il est accusé d'avoir eu des liens avec les islamistes somaliens shebab et d'avoir préparé des attentats.

Immédiatement après son arrestation, il avait plaidé coupable de séjour illégal au Kenya et de mensonge sur sa nationalité, infractions pour lesquelles il a été condamné à deux ans de prison. Il conteste les accusations de terrorisme.

Converti à l'islam, Grant se serait initié au jihad à la prison londonienne de Feltham où Richard Reid, le Britannique qui avait tenté de faire exploser un vol Paris-Miami avec un explosif dissimulé dans sa chaussure en décembre 2001, s'était aussi converti à l'islam.

L'accusation le soupçonne d'avoir coopéré avec la Britannique Samantha Lewthaite, veuve d'un des auteurs des attentats islamistes de Londres en 2005 et elle-même recherchée pour terrorisme par la police kényane.

strs-pjm/tmc/cyb/ayv/jhd