NOUVELLES
02/12/2015 03:16 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Irak: appel au calme après le meurtre d'un homme politique à Kirkouk

Des responsables de la province de Kirkouk, dans le nord de l'Irak, ont appelé mercredi au calme et à l'unité au lendemain du meurtre d'un homme politique, qui fait craindre des tensions dans cette province multiethnique.

Mardi, des hommes armés ont mitraillé la voiture de Mohammed Khalil al-Joubouri, un élu du conseil provincial, membre de la communauté arabe, en plein centre de la ville de Kirkouk. L'élu a été tué sur le coup et sa femme a succombé mercredi à ses blessures.

Des centaines de personnes ont assisté mercredi à leur enterrement.

"L'assassinat de M. Joubouri et de sa femme visait à briser l'unité politique des habitants de Kirkouk et de leurs représentants politiques", a déclaré à l'AFP le gouverneur de cette province, Najm al-Din Karim.

Kirkouk est une des villes les plus multiethniques d'Irak avec entre autres des communautés arabe, kurde et turcomane.

"Cet acte terroriste a été conçu pour créer un conflit", a-t-il ajouté en appelant les habitants de Kirkouk à "s'opposer au terrorisme et à maintenir l'unité".

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a affirmé avoir ordonné une enquête minutieuse sur ce meurtre.

La province de Kirkouk, riche en pétrole, est disputée entre la région autonome du Kurdistan, dont les forces en contrôlent actuellement une bonne partie, et le gouvernement fédéral de Bagdad.

Les forces fédérales étaient déployées dans la province jusqu'à juin 2014, lorsqu'elles ont fui face à l'avancée du groupe jihadiste État islamique (EI) qui s'est emparé de vastes régions au nord de Bagdad.

Les forces kurdes ont alors combattu les jihadistes et pris pied à Kirkouk et sa région mais l'EI contrôle toujours des territoires dans le sud-ouest de la province.

str-sf/jmm/iw/vl