NOUVELLES
02/12/2015 17:29 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Fusillade en Californie: deux suspects sont morts, un homme et une femme (police)

Deux suspects dans la fusillade qui a fait 14 morts en Californie mercredi ont été tués, un homme et une femme, a annoncé la police, le FBI n'écartant pas la possibilité qu'il puisse s'agir d'un acte de "terrorisme".

"Je sais que l'une des grandes questions qui va revenir est +s'agit-il de terrorisme?+ mais je ne veux pas encore dire si nous en sommes certains", a déclaré un responsable du FBI, David Bowdich, lors d'une conférence de presse à San Bernardino, ville située à l'est de Los Angeles.

"Nous agissons en prenant en compte cette possibilité. Nous avons fait certains réajustements dans notre enquête. C'est une possibilité mais nous ne le savons pas encore", a ajouté ce responsable de la police fédérale, soulignant que l'enquête était encore en cours, compliquée par le vaste périmètre couvrant le lieu de la fusillade et ceux liés à l'arrestation et aux perquisitions.

"A propos des suspects morts, l'un est un homme l'autre est une femme", a indiqué Jarrod Burguan, le chef de la police de San Bernardino, présent à ses côtés.

"Ils étaient apparemment vêtus de tenues paramilitaires. Ils étaient chacun armés de fusils d'assaut. Ils étaient chacun armés de pistolets. Et il y a aussi des éléments sensibles autour du véhicule" que conduisaient les suspects morts, a-t-il dit sans écarter la possibilité d'engins explosifs.

"Une troisième personne a été vue en train de s'enfuir, nous ne savons pas si elle était impliquée. Nous l'avons arrêtée", a-t-il ajouté.

"Nous tentons de déterminer si une troisième personne était impliquée ou si d'autres personnes ont pu être impliquées dans la préparation", a poursuivi Jarrod Burguan.

Par ailleurs, il a indiqué que la police menait des perquisitions dans une maison dans la ville de Redlands, à une quinzaine de kilomètres de San Bernardino.

La fusillade s'est produite en fin de matinée, dans le Inland Regional Center, un centre social au service de personnes handicapées, où la police a découvert "ce qui pourrait être un engin explosif", selon le chef de la police.

ved-elc/lb