NOUVELLES
02/12/2015 06:07 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Financement du terrorisme : Sapin plaide pour un meilleur système européen de gel des avoirs

Le ministre français des Finances Michel Sapin a appelé mercredi à une coordination au niveau européen des mécanismes de gel des avoirs et à un contrôle renforcé des importations d'oeuvres d'art, pour assécher le financement du terrorisme.

En visite à Berlin, M. Sapin a détaillé les chantiers sur lesquels il veut inciter les Européens à se pencher pour dresser des barrières plus efficaces au financement du terrorisme, un sujet qui tient particulièrement à coeur au gouvernement français après les attaques sanglantes du 13 novembre, et qui sera au menu d'une réunion des ministres des Finances de l'UE le 8 décembre.

"Il faut améliorer les dispositifs de gel des avoirs" des terroristes ou de personnes suspectées de terrorisme, a plaidé le ministre, et ce pas seulement sur les comptes bancaires mais aussi "les immeubles, les voitures" et même "les prestations sociales". Ces gels devraient valoir dans toute l'Europe sinon "cela permet aux terroristes de (les) contourner".

M. Sapin a également estimé qu'on parlait "beaucoup du financement (du terrorisme) par la vente du pétrole mais pas assez du financement par la vente d'objets d'art". Pour tarir cette source de financement, il propose "une harmonisation du contrôle des importations de ces objets" parce que "ce sont nos pays, dans nos pays développés que les gens achètent, parfois sans le savoir, des objets pillés par Daech".

Ses autres propositions reprennent des idées déjà évoquées ces derniers temps, et notamment dans un courrier adressé en début de semaine à ses 27 homologues de l'UE. Parmi elles une harmonisation et meilleure collaboration des services européens de renseignement sur les flux financiers, et un meilleur encadrement des cartes de crédit pré-payées "qui facilient la vie de nos concitoyens mais aussi celle des terroristes".

"Nous devons lutter contre toutes les formes d'anonymat dans les échanges financiers", a-t-il asséné.

M. Sapin a aussi appelé à accélérer la transposition par les pays de l'UE d'une directive européenne anti-blanchiment, adoptée en juin dernier mais dont la mise en oeuvre n'est pour le moment prévue que d'ici mi-2017. "Nous ne pouvons pas attendre 2017, il faut aller plus vite", a-t-il dit.

Il a répété son souhait de voir développé un mécanisme européen d'exploitation des données bancaires à grande échelle, à l'image du système américain SWIFT.

Son homologue allemand Wolfgang Schäuble lui a promis son soutien pour "faire pression" le 8 décembre pour une adoption rapide de plusieurs dispositions.

Il a aussi indiqué que l'Allemagne allait transférer la tutelle de son organisme de renseignement financier, chapeauté pour le moment par les services de police du ministère de l'Intérieur, au ministère des Finances, comme c'est le cas en France par exemple pour son équivalent Tracfin. Cette démarche doit permettre une meilleure collaboration avec les services des partenaires européens.

mtr/bt/mct