NOUVELLES
02/12/2015 08:02 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Fifa: l'audience sur la demande d'extradition de Jack Warner reportée au 19 février

L'audience sur la demande d'extradition vers les Etats-Unis de l'ancien vice-président de la Fifa Jack Warner, suspendu à vie pour corruption, a été reportée au 19 février, a constaté l'AFP.

Les avocats de Jack Warner et les représentants du ministère public se sont mis d'accord sur cette nouvelle date, lors d'une audience mercredi à Port-d'Espagne, devant la justice de Trinité-et-Tobago.

Vendredi dernier, les avocats de l'ancien dirigeant de la Fifa, qui semblent engagés dans une bataille judiciaire, ont demandé à la Haute Cour de l'île caribéenne de valider juridiquement le processus d'extradition.

Ce vendredi, un juge doit débuter les auditions avant de se prononcer sur cette demande de la défense. Les avocats de Warner souhaitent que le processus d'extradition, qui est examinée par un autre tribunal, soit suspendu dans l'attente de la décision de la Haute Cour.

Jack Warner, 72 ans, fait partie des dirigeants du football mondial inculpés par la justice américaine pour avoir perçu quelque 150 millions de dollars de pots-de-vin et de rétrocommissions depuis le début des années 1990.

Selon les accusations des enquêteurs américains, M. Warner, désormais député dans son pays, aurait notamment encaissé une large partie d'un versement de 10 millions de dollars fait par l'Afrique du Sud à la CFU, en échange de trois voix pour obtenir l'organisation du Mondial-2010.

Le Trinidadien, ancien patron de la Concacaf, homme clé du scandale de corruption autour du football mondial, a été suspendu à vie de toute activité liée au football le 29 septembre 2015 pour des faits de corruption liés à l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022.

M. Warner a toujours rejeté ces accusations, parlant notamment de complot pour aider ses adversaires politiques locaux à Trinité-et-Tobago.

str/tup/chc