NOUVELLES
02/12/2015 04:22 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Dirigeants d'Air France molestés: le procès de cinq salariés renvoyé en mai 2016

Cinq salariés d'Air France accusés d'avoir molesté des dirigeants de la compagnie aérienne début octobre passeront en jugement au printemps 2016, a annoncé le tribunal correctionnel de Bobigny, près de Paris, devant lequel ils étaient convoqués mercredi.

La décision de renvoyer le procès au 27 mai 2016 a été justifiée par "la complexité de l'affaire".

Les salariés concernés, tous adhérents du syndicat CGT, sont poursuivis pour "violences", exercées sur deux cadres et sur des vigiles, après l'annonce d'une restructuration menaçant jusqu'à 2.900 emplois lors d'un comité central d'entreprise, le 5 octobre.

Ce jour là, les images de deux cadres de la compagnie fuyant, vêtements en lambeaux, la vindicte de salariés furieux avaient fait le tour du monde, suscitant l'inquiétude des pouvoirs publics et des milieux économiques sur leur impact pour l'image de la France.

A l'appel de 13 syndicats d'Air France, plusieurs centaines de manifestants ont accompagné mercredi au tribunal les salariés convoqués en réclamant "l'arrêt des poursuites contre nos camarades", avant d'être bloqués par un cordon de police.

Plusieurs responsables de la gauche radicale étaient présentes pour marquer leur soutien. "Un salarié qui défend son emploi dans notre pays n'a rien à faire dans un tribunal", a déclaré le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent.

Parallèlement au volet judiciaire, une procédure disciplinaire est en cours à Air France. L'un des salariés mis en cause a reçu sa lettre de licenciement vendredi, après le rejet de son recours gracieux.

Trois autres ont également eu leur entretien préalable à un licenciement et leur recours est en train d'être étudié. Le dernier est également sous le coup d'une procédure de licenciement.

jta-sab-jlo/bpi/pjl