NOUVELLES
02/12/2015 09:25 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Budapest repousse l'idée d'un référendum olympique

La ville de Budapest ne veut pas de référendum sur la candidature de la ville pour l'organisation des Jeux de 2024. En tout cas pas tout de suite.

Le conseil municipal a rejeté mercredi la proposition de l'opposition d'organiser un référendum.

Le maire de Budapest, Istvan Tarlos, a qualifié cette proposition de « démagogie politique ». Et il n'est pas certain non plus que les résidents aient toute l'information au sujet des Jeux olympiques de 2024, deux ans avant le choix du Comité international olympique (CIO).

« Les dirigeants ont été élus pour prendre des décisions », a-t-il dit.

Il a ajouté que s'ils en prennent de mauvaises, « ils ne seront pas réélus ». Il note également que « s'ils ne sont pas capables de prendre des décisions, peut-être ne sont-ils pas aptes à diriger ».

L'idée de l'opposition au conseil de ville de Budapest fait écho au référendum organisé par la ville de Hambourg, en Allemagne. Les résidents ont rejeté, dimanche, la candidature de la ville portuaire dans une proportion de 51,6 % contre 48,4 % des voix.

Le gouvernement du premier ministre hongrois, Viktor Orban, a offert son plein appui à la candidature, mais des critiques ont laissé entendre que les possibles dépassements de coûts et la surutilisation des infrastructures de la ville étaient sources d'inquiétudes.

Selon un institut de recherche pro-gouvernemental, l'appui des Hongrois à l'endroit des Jeux olympiques est passé de 40 % en août 2014 à 53 %.

Le retrait d'Hambourg fait en sorte que l'obtention des Jeux de 2024 est maintenant une course à quatre: en plus de Budapest, Paris, Los Angeles et Rome sont candidates. Le CIO fera connaître son choix en 2017.