NOUVELLES
02/12/2015 08:10 EST | Actualisé 02/12/2016 00:12 EST

Aide à mourir: la ministre de la Justice dit agir en collaboration avec Québec

OTTAWA — La ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, affirme qu'il est «malheureux» que l'on puisse avoir la «perception» qu'Ottawa est dans une dynamique de confrontation par rapport au Québec dans le dossier de l'aide médicale à mourir.

En mêlée de presse à la sortie du caucus de son parti, mercredi, elle a déclaré que le gouvernement libéral souhaitait collaborer avec celui du Québec et que «d'aucune manière» il ne voulait «projeter l'image» inverse.

Mme Wilson-Raybould n'a pas répondu directement aux questions entourant la décision du fédéral d'intervenir dans les démarches judiciaires ayant mené à la suspension de l'application de certains articles de la Loi concernant les soins de fin de vie, qui devait entrer en vigueur le 10 décembre.

L'avocate du fédéral «est intervenue au cours de l'audience pour appuyer la demande d'émission d'une ordonnance en injonction provisoire relativement à la suspension temporaire», est-il écrit dans la décision de la Cour supérieure du Québec.

Le jugement a été porté en appel par le gouvernement québécois. La ministre Wilson-Raybould n'a pas précisé, mercredi, si le gouvernement libéral s'impliquera dans l'appel de la décision qui est tombée la veille.

Ottawa doit annoncer sous peu quelle sera sa réponse législative au jugement rendu le 6 février dernier par la Cour suprême du Canada dans le dossier de l'aide médicale à mourir.

Le fédéral disposait d'un an pour réagir au jugement rendu par la Cour suprême. S'il ne bouge pas, les articles du Code criminel qui ont été invalidés cesseront de s'appliquer en février et l'aide médicale à mourir sera permise, sans balise.

Si le gouvernement choisit de légiférer, les parlementaires auraient seulement quelques jours — une dizaine après le dépôt du rapport du comité chargé de mener des consultations, selon le calendrier de la Chambre des communes — pour se pencher sur l'épineuse question.