NOUVELLES
01/12/2015 06:13 EST | Actualisé 01/12/2016 00:12 EST

Syrie: accord sur le départ des insurgés de Homs

Les rebelles doivent évacuer à partir de samedi le dernier quartier qu'ils contrôlent dans la ville syrienne de Homs, en application d'un accord conclu mardi avec le régime, a indiqué le gouverneur de la province éponyme.

Cet accord entre représentants des deux camps, observé par l'ONU, devrait permettre aussi la fin des bombardements et la levée du siège imposé par les troupes du régime au quartier de Waer.

"Tous les rebelles seront sortis de Waer d'ici deux mois. Un groupe de 200 à 300 hommes armés évacuera le quartier durant la première étape qui commencera samedi", a dit le gouverneur, Talal Barazi. "Une partie des armes lourdes et moyennes sera remise" aux autorités.

Certaines familles des rebelles sortiront également, a-t-il ajouté en précisant que la première étape durera une semaine.

Waer est le dernier quartier défendu par les rebelles dans la ville centrale de Homs surnommée la "capitale de la révolution" par les rebelles au début du conflit en Syrie il y a plus de quatre ans.

Selon le gouverneur, "l'accord entraînera la libération (par le régime) de certains prisonniers et celle de civils ou militaires retenus en otage par les rebelles à Waer".

M. Barazi s'est réuni avec des représentants de tous les mouvements rebelles de Waer, dont ceux du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et de la société civile dans ce quartier.

Une délégation de l'ONU comprenant le coordinateur humanitaire Yacoub Helou et des représentants de l'envoyé spécial pour la Syrie Staffan de Mistura, étaient également présents.

"Nous nous sommes mis d'accord pour maintenir le calme et cesser les opérations militaires afin de créer les circonstances adéquates pour l'application de l'accord", a indiqué le gouverneur.

Dans le quartier de Waer, vivent actuellement environ 75.000 personnes contre 300.000 avant le début du conflit en Syrie en mars 2011.

La police devrait y reprendre position après le départ des rebelles, a indiqué le gouverneur.

En mai 2014, la vieille ville de Homs était tombée aux mains de l'armée après un siège asphyxiant de deux ans et des bombardements et combats qui ont dévasté ce secteur historique.

En vertu d'un accord supervisé par l'ONU, les rebelles avaient quitté la ville, mais ce quartier périphérique était resté assiégé par les troupes du régime et régulièrement bombardé.

Lundi, le Croissant rouge syrien a évacué 119 insurgés de la ville rebelle de Qoudsaya, au nord-est de Damas, vers Idleb (nord-ouest de la Syrie), en échange de la fin d'un siège imposé par le régime depuis plus de deux ans.

rm/sk/tp