DIVERTISSEMENT
01/12/2015 07:32 EST | Actualisé 01/12/2015 07:33 EST

Psy lance ses nouvelles chansons, sans croire à un succès planétaire à la «Gangnam Style» (VIDÉOS)

Trois ans après la sortie de son tube planétaire Gangnam Style, le chanteur sud-coréen Psy fait son grand retour. L'artiste de "K-pop" (la pop sud-coréenne) a dévoilé sur son compte YouTube les clips de deux nouveaux morceaux de son septième album qui sort ce mardi 1er décembre.

La première chanson, Daddy, est une parodie hommage au titre I Got It From My Mama du rappeur américain will.i.am. Sur ce titre, Psy est accompagné de la chanteuse CL, également star de la K-Pop et membre du groupe 2NE1. Voyez la vidéo au haut de cet article.

Le héros de la vidéo est un petit écolier turbulent qui s'agite sur les sonorités pop électro de la musique. Il évolue dans des décors loufoques et "improvise" des chorégraphies ridicules, marques de fabrique de Psy. Le clip a déjà été visionné plus de 3 millions de fois sur YouTube.

Le chanteur sud-coréen ne s'est pas arrêté en si bon chemin puisqu'il a également mis en ligne le clip du morceau Napal Baji. Un titre plus funky que le précédent et déjà vu plus d'un million de fois sur YouTube. Au programme boule à facette disco et pantalons pattes d’éléphant colorés au style des années 70.

En prime, il reprend les pas de la populaire chorégraphie "Abracadabra" déjà utilisée dans le clip de son morceau Gentleman.

Daddy et Napal Baji sont les deux premiers extraits du septième album de Psy, sorti ce mardi 1er décembre. Intitulé "Chiljip PSY-Da" (qui signifie simplement en coréen 7e album de Psy), il constituerait "un retour au racine" pour le chanteur, rapporte l'AFP. Ce nouvel opus comporte 9 titres, avec notamment des collaborations avec les chanteurs Ed Sheeran, will.i.am et les artistes sud-coréens Zion.T et Gaeko.

Pas de nouveau phénomène planétaire

Le succès de Gangnam Style, et les attentes qu'elle a suscitées, ont parfois été difficiles à vivre, a expliqué l'artiste de 37 ans lors d'une conférence de presse à Séoul, avant la sortie de son nouvel album mardi.

"La pression et le stress furent simplement trop énormes".

Comme on lui demandait s'il espérait renouveler l'exploit, il a secoué la tête.

"Aucune chance", a-t-il dit. "Je ne crois pas que quelque chose comme 'Gangnam Style' se reproduise jamais".

"Le poids de Gangnam fut énorme. Je ne vais même plus à Gangnam", a-t-il plaisanté.

Avant que "Gangnam Style" ne conquière le monde, Psy était déjà un artiste à succès en Corée du Sud connu pour ses textes provocateurs, son humour satirique et ses performances scéniques décalées -et souvent alcoolisées- qui tranchaient dans une société sud-coréenne très normative.

Mais pour certains de ses fans, Psy a un peu perdu son âme avec une célébrité qui lui a permis de frayer avec les grands de ce monde, des chefs d'Etats aux grands patrons.

Psy a reconnu qu'il avait trop essayé de complaire à un public international et assuré que son nouvel album --son septième-- représentait un retour "aux racines".

"Quand j'écrivais des chansons, je me suis souvent surpris à me demander, 'Est-ce que ça sera aussi bon que Gangnam Style' ou 'Et si les fans étrangers ne comprennent pas les paroles?' ", a-t-il dit.

"J'ai mis un moment à évacuer ce type de pensées". Il a expliqué qu'il se satisferait parfaitement de n'être "juste" qu'un "artiste de K-pop parmi d'autres".

Voir aussi: