DIVERTISSEMENT
01/12/2015 07:52 EST | Actualisé 01/12/2015 07:53 EST

«Love» de Gaspar Noé: lubrique et romantique (VIDÉO/PHOTOS)

Avant d’arriver dans nos salles de cinéma, Love, le nouveau film de Gaspar Noé (Enter the Void) a tellement choqué en France par ses propos explicites et ses images pornographiques qu’il a été interdit au moins de 18 ans. Présenté hors compétition dans une atmosphère sulfureuse au dernier Festival de Cannes, ce mélodrame sexuel en 3D promet, selon les mots du réalisateur, de «faire bander les mecs et faire pleurer les filles». Entrevue.

Plus de dix ans après Irréversible et sa longue scène de viol qui avait marqué les esprits et divisé la critique, le surdoué Gaspar Noé n’a visiblement pas peur de la récidive. Mais quand on lui dit qu’il est l’un des enfants terribles du cinéma, l’homme de 51 ans pouffe de rire.

«Je ne suis ni enfant, ni terrible, rétorque-t-il. À chacun de mes films, on m’accuse de tous les maux. Mais bon, moi, je fais simplement du cinéma. Avec Love, je parle de la vie et de l’amour. Pourquoi l’acte le plus joyeux de l’existence doit-il être ghettoïsé? On fait tous l'amour, non? C’est un acte magnifique qui n’a pas à être dissimulé.»

Galerie photo «Love» de Gaspar Noé Voyez les images

Le réalisateur franco-argentin voit son quatrième long métrage comme une véritable histoire d’amour. «Je voulais décrire la passion amoureuse entre deux individus qui vivent un gros coup de foudre. Leur romance s’exprime sexuellement. Leur dépendance est charnelle. Ils sont accros l’un de l’autre, voilà tout.»

Et rien n’a été caché aux spectateurs. Affublés de lunettes 3D, ils découvrent sur grand écran pendant plus de deux heures la passion amoureuse d’un couple à travers des ébats sexuels plutôt crus. Pénis en érection, partouzes, fellations, cunnilingus ou levrettes, le tout se concluant par de nombreuses éjaculations en relief!

«Love n’est pas un film porno, précise tout de même Noé. Le scandale qui entoure le long métrage, c’est du marketing. Mes personnages s’embrassent plus qu’ils ne baisent. Ce que j’ai voulu faire, c’est surtout une œuvre naturelle en m’éloignant de l’artifice du X. Le coup de l’éjaculation en 3D qui semble gicler sur le public, c’était une blague. Le premier jour de tournage, j'ai demandé au comédien d’éjaculer son sperme sur l’objectif de la caméra. Je savais bien que cette scène serait celle dont tout le monde parlerait.»

Homophobe et misogyne?

À sa sortie, l’œuvre, tournée en anglais, polarise à tel point que Gaspar Noé est accusé d’être misogyne et homophobe. Certains ont d’ailleurs relevé une ligne du dialogue du film où l’on entend le personnage principal dire en pointant son fils: «Pourvu qu’elle n’en fasse pas un pédé».

«Je n’ai aucun problème avec les hommes ou avec les femmes. Je sais qui je suis. Il existe beaucoup de gens qui aiment faire la morale. Mon film fait le portrait d’un looser. Quand il est ivre, il dit un tas de conneries et de méchancetés. J’ai fait un film qui se déroule dans le milieu du cinéma à Paris avec des jeunes qui se défoncent ponctuellement et boivent de l’alcool. Il n’y a aucun désir de provocation.»

À ce titre, il ne considère pas le personnage principal comme son alter ego. «Il est davantage comme un petit frère qui possède mon code génétique, mais qui est plus bête que moi, précise-t-il. D’ailleurs, il se mêle les pinceaux assez rapidement. Et puis, on n’est pas vraiment de la même génération. Un des avantages de la maturité, c’est qu’on pense moins avec sa queue.»

Love – Les Films Séville – Drame érotique – 135 minutes – Sortie en salles le 27 novembre 2015 – France.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Films de la semaine - 27 novembre 2015 Voyez les images