NOUVELLES
01/12/2015 08:12 EST | Actualisé 01/12/2016 00:12 EST

Discours du Trône : rentrée sous le signe de l'austérité à Fredericton

La rentrée parlementaire du gouvernement Gallant s'est faite sous le signe de l'austérité à Fredericton.

Un texte de Nicolas Steinbach

La lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick, Jocelyne Roy-Vienneau, a fait la lecture du discours du trône à 14 h en indiquant que « la session parlementaire qui commence marquera la fin de l'étape décisionnelle de la révision stratégique des programmes ».

C'est en effet lors de cette session que le gouvernement libéral choisira des mesures d'austérité telles que réduire le nombre d'enseignants, fermer des hôpitaux en région, hausser la taxe de vente ou établir des routes à péage. Des mesures envisagées par le gouvernement pour mettre fin au déficit anticipé d'environ 600 millions de dollars.

« Si nous poursuivons dans la même voie et que notre cote de crédit devait être réévaluée à la baisse, nos frais d'intérêt augmenteront en conséquence. Cette situation entraverait alors la capacité de votre gouvernement à investir dans l'éducation et les soins de santé », a déclaré Jocelyne Roy-Vienneau.

Le discours du Trône donne un aperçu de cette nouvelle année parlementaire qui sera dominée par l'assainissement des finances publiques, mais aussi la création d'emplois. Le gouvernement espère y arriver grâce à la construction de l'oléoduc Énergie Est, dont le premier ministre Gallant est un fervent défenseur. Une pleine page, sur les 22 du discours du Trône, est consacrée à cet enjeu.

Le choix des options de la révision stratégique des programmes sera annoncé lors du prochain budget déposé en février ou mars 2016.

« Une fois que nous aurons tourné la page, nous pourrons porter notre attention aux investissements continus que nous voulons faire en matière de création d'emplois, de santé et d'éducation », a indiqué le premier ministre Brian Gallant.