Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un homme renonce à la «partie royale» du serment de citoyenneté du Canada

TORONTO — Un homme de Toronto a renoncé à la «partie royale» du serment obligatoire d'allégeance à la reine après être devenu citoyen canadien, lundi matin.

Dror Bar-Natan, un professeur de 49 ans originaire d'Israël, était l'un des trois résidents permanents qui avaient contesté la constitutionnalité de l'obligation de prêter serment à la reine, à ses héritiers et successeurs pour obtenir la citoyenneté canadienne.

La plus haute cour de l'Ontario avait maintenu le règlement, soutenant que la reine était toujours considérée comme la chef d'État du Canada et que ce serment représentait «l'engagement symbolique d'être gouvernés comme une monarchie constitutionnelle démocratique (...) jusqu'à ce qu'il soit modifié démocratiquement».

La cour avait également conclu que tous les citoyens avaient le droit d'adopter des opinions antimonarchiques et que les Néo-Canadiens pouvaient désavouer publiquement des propos tenus pendant leur serment de citoyenneté par la suite.

Lors d'une cérémonie à l'est de Toronto M. Bar-Natan a prêté serment avec 80 autres nouveaux citoyens. Il est ensuite allé informer le juge à la citoyenneté de son intention de désavouer la portion du discours où il faisait référence à la reine.

Il a formellement renoncé à cette section à la suite de la cérémonie par écrit, et il a remis la lettre où il a expliqué sa décision au juge.

M. Bar-Natan a qualifié le serment de «repoussant» et il espère que ses démarches puissent encourager d'autres personnes à faire de même.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le jubilé de diamant de la Reine Elisabeth II

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.