Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'Alberta lance une enquête sur un possible conflit d'intérêts de l'ex-PM Redford

Le gouvernement albertain a nommé un ex-juge de la Cour Suprême du Canada pour voir comment le précédent gouvernement d'Alison Redford a choisi le consortium d'avocats classé dernier dans un processus d'évaluation indépendant pour représenter la province dans sa poursuite de 10 milliards de dollars contre l'industrie du tabac.

L'enquête fait suite à des révélations de CBC selon lesquelles le consortium d'avocats sélectionné pour ce contrat lucratif, International Tobacco Recovery Lawyers (ITRL), avait des liens personnels et politiques avec l'ex-chef du Parti conservateur provincial.

L'ITRL est mené par la firme calgarienne JSS Barristers, dont l'ex-mari d'Alison Redford, Robert Hawkes, est l'un des partenaires. Les deux sont divorcés depuis 20 ans,mais continuaient d'entretenir des liens. Grand partisan de l'ex-première ministre, Robert Hawkes avait dirigé l'équipe de transition nommée par Alison Redford après sa victoire à la direction du Parti conservateur provincial en 2011.

L'enquête de CBC avait aussi révélé que le commissaire à l'éthique de l'Alberta, Neil Wilkinson, qui avait jugé qu'Alison Redford ne s'était pas placée en conflit d'intérêts dans l'embauche de la firme d'avocats de son ex-mari, n'avait pas tous les documents nécessaires à l'époque pour bien faire son enquête.

Le communiqué de la province indique « qu'au cours des derniers jours, des questions ont été soulevées laissant entendre que le commissaire à l'éthique de l'époque, Neil Wilkinson, n'avait peut-être pas eu toutes les informations nécessaires à son enquête. Ces allégations sont sérieuses. Nous croyons que la meilleure voie à suivre pour assurer une enquête objective est de la mettre dans des mains externes », a indiqué Kathleen Ganley dans un communiqué.

L'enquête sera confiée à Frank Iacobucci, un ancien juge de la Cour suprême du Canada .

« Tous les documents qu'il jugera nécessaires lui seront remis à la demande de la première ministre », a dit Kathleen Ganley. « M. Iacobucci rencontrera aussi toute personne qu'il croit pourra l'aider dans son enquête ».

L'enquête devrait être complétée d'ici la fin février 2016.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.