Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'actrice Emma Thompson invite les Canadiens à marcher pour le climat

OTTAWA - État d'urgence oblige, les Parisiens ne pourront marcher dans leurs rues pour le climat, dimanche. Les Canadiens devraient prendre le relais et battre le pavé en grand nombre pour faire résonner leur message - et celui de leurs "cousins" - à la veille de l'ouverture de la Conférence de Paris.

C'est l'invitation que lance Emma Thompson à la population canadienne. L'actrice britannique, qui prendra part à la marche de Londres, prête sa voix et sa notoriété à l'organisation Greenpeace, qui l'avait invitée l'an dernier à participer à une expédition dans l'Arctique.

"Avec ma fille, nous avons vu de nos propres yeux la fonte des glaciers. J'ai été frappée", a-t-elle relaté en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne depuis Londres, vendredi.

Des foules marcheront pour le climat dans de nombreuses villes aux quatre coins de la planète, dimanche. Au Canada, la marche principale se tiendra à Ottawa et prendra fin avec un grand rassemblement devant le parlement.

"Nous sommes dans une situation très grave parce que depuis 20 ans, 30 ans, les gouvernements successifs ont refusé de respecter leurs engagements, comme (le protocole de) Kyoto", a fait valoir Mme Thompson dans un entretien qui s'est déroulé en français.

"Alors à Paris, il faut que ce soit différent", a tranché celle que l'on a notamment vue au grand écran dans les longs métrages "Harry Potter" et le classique du temps des fêtes "Love Actually".

Le Canada devra redorer son blason à Paris, car "avec Harper, oui, bien sûr", il avait la réputation d'être un bien mauvais élève en matière d'environnement, a laissé tomber la comédienne oscarisée à l'autre bout du fil.

Et "la responsabilité du Canada est très grande. Le Canada fait partie des pays capitalistes surconsommateurs du Nord. Tout le monde au Canada consomme beaucoup plus que la majorité de la population", a affirmé Mme Thompson.

Le gouvernement libéral débarque à la Conférence de Paris sur le climat (COP21) avec la cible de réduction de gaz à effet de serre (GES) qui avait été fixée par l'ancien gouvernement conservateur: une baisse de 30 pour cent d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005.

"Ils devront changer ça, c'est mou!", s'est exclamée l'actrice, qui milite chez Greenpeace pour faire pression afin de mettre fin aux forages dans l'Arctique et au développement des sables bitumineux et ainsi accentuer le virage vers les énergies renouvelables.

"On dirait qu'ils (les libéraux) veulent garder le statu quo pour éviter une panique économique. Ça me laisse cette impression", a-t-elle suggéré, accusant les conservateurs d'avoir voulu "se défiler" en utilisant 2005 plutôt que 1990 comme année de référence pour établir leur cible.

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a signalé que la cible en question était un "plancher" et promis de faire le point avec les premiers ministres des provinces et des territoires dans les trois mois suivant la COP21.

Le fait que cette rencontre se déroule en grande partie derrière des portes closes et que les Parisiens ne puissent défiler dans les rues _ l'état d'urgence promulgué après les attentats du 13 novembre proscrit les rassemblements _ rend encore "plus important d'avoir des gens dans les marches dans toutes les autres villes du monde", a plaidé Emma Thompson.

Car le réchauffement climatique, "c'est l'enjeu de notre siècle", et "il faut se réveiller", a tranché l'actrice, qui doit participer l'an prochain à une seconde expédition dans l'Arctique - cette fois, dans l'Arctique canadien - avec l'organisation Greenpeace.

Le départ de la marche qui se tient dimanche à Ottawa est prévu à 13 h 30. Le cortège s'ébranlera à partir de l'hôtel de ville, rue Laurier.

INOLTRE SU HUFFPOST

Blue revolution
Blue21
La société Blue21 croit dur comme fer que notre avenir sera sur la mer. Pas sur des bateaux, mais sur des villes flottantes. Ces extensions pourraient se greffer facilement aux villes côtières actuelles. Le concept est pour l'instant à l'état de projet, mais Blue21 souhaite tester rapidement la faisabilité de ces villes sur pilotis.
The Green Machine, reverdir le désert
Studio Malka Architecture
Désertification et climat sont étroitement liés, selon l'Organisation météorologique mondiale. Pour lutter contre ces 120.000 km² perdus chaque année, le studio Malka Architecture a imaginé la Green Machine (machine verte). "Une plateforme, une ville agricole et industrielle nomade et autonome de régénération des écosystèmes déficients et de développement de la permaculture."
The Green Machine, reverdir le désert
Studio Malka Architecture
Sur cette énorme bestiole mécanique, on trouve notamment des ballons (pour produire de l'eau avec la condensation). Mais aussi des tours solaires, qui canalisent l'air chaud pour produire de l'électricité. Et enfin des champs de céréales, des serres, du bétail, des logements des écoles... Bref, une vraie ville mobile et écologique.
The Green Machine, reverdir le désert
Studio Malka Architecture
"La structure pont du plateau de la ville est montée sur 4 Crawlers. Ces engins à chenilles ont été conçus pour transporter les lanceurs spatiaux de la NASA et peuvent rouler en tout terrain avec une charge considérable." Surtout, ils servent à "revitaliser" les terres désertiques. Les chenilles retournent la terre tout en y déversant de l'eau, mais aussi du compost et des graines céréalières produites sur la zone agricole de la Green Machine. A long terme, cela permettrait de reverdir ces zones inexploitables.
Hydrogenase
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
L'hydrogenase est un aéronef écologique vertical "100% autosuffisant". Il a pour but de "subvenir aux populations en détresse touchées par les catastrophes naturelles et sanitaires, et tout cela sans piste d’atterrissage".
Hydrogenase
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
Comme pour Lilypad, Vincent Callebaut s'est inspiré de la nature pour imaginer l'hydrogenase. Fonctionnant à l'hydrogène grâce à des microalgues, ce dirigeable excentrique pourrait tout de même atteindrre les 175 km/h. Bien plus lent qu'un avion, mais plus écolo.
Lilypad, une île flottante pour réfugiés climatiques
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
La montée des eaux envisagés par le GIEC si nous n'arrivons pas à limiter le réchauffement climatique aura des conséquences dramatiques, notamment pour les Etats insulaires. Selon l'ONU, en 2050, il pourrait y avoir 250 millions de réfugiés climatiques. Pour faire face à la fois à la montée des eaux et au problème de place posé par les futurs réfugiés, Vincent Callebaut a imaginé Lilypad, une ville amphibienne écologique, "mi-aquatique et mi-terrestre, pouvant abriter plus de 50.000 habitants".
Lilypad, une île flottante pour réfugiés climatiques
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
Lilypad est développé autour "d’un lagon central d’eau douce récoltant et épurant les eaux de pluies. Ce lagon artificiel est complètement immergé lestant ainsi la ville et il permet de vivre au cœur des profondeurs subaquatiques."
Lilypad, une île flottante pour réfugiés climatiques
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
"La structure flottante en « branches » de l’Ecopolis est directement inspirée de la feuille fortement nervurée du nénuphar géant d’Amazonie Victoria Regia agrandie 250 fois." "La double coque quant à elle est constituée de fibres de polyester recouverte d’une couche de dioxyde de titane."
Agora Garden
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
Cette tour écolo n'est pas si futuriste que ça, elle devrait être construire l'année prochaine à Taïwan. Elle incorpore le recyclage des déchets, une faible consommation énergétique, elle dispose également d'un toit de panneaux solaires et joue sur ses proportions particulières pour être bien ventilée et aérée.
Agora garden
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
The gate residence
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
Ce building de demain (qui devrait être construit en 2019 au Caire) est composé notamment d'éoliennes et de panneaux solaires.Mais c'est surtout son toit qui est novateur.
The gate residence
VINCENT CALLEBAUT ARCHITECTURES
Ce toit vert, en plus d'être équipé de panneaux solaires, il est aussi recouvert de terrasses vertes qui ont pour intérêt de limiter la chaleur dans le bâtiment.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.