NOUVELLES
26/11/2015 12:18 EST | Actualisé 26/11/2015 12:37 EST

Martin Shkreli ne diminuera pas le prix du médicament Daraprim, finalement

Nouveau revirement de situation dans l'affaire du médicament Daraprim, qui avait causé l'indignation autant chez le public que dans le monde politique, en septembre : la compagnie Turning Pharmaceuticals a décidé de ne pas revenir sur sa hausse de prix, finalement.

L'entrepreneur Martin Shkreli, qui est à la tête du fonds d'investissement ayant acheté Daraprim, s'était retrouvé sous les projecteurs après avoir augmenté le prix du Daraprim de 5 400 %, faisant passer le coût unitaire de 13,50 $ US à 750 $ US.

Selon The Guardian, malgré l'annonce mercredi d'un rabais au volume pour le médicament utilisé entre autres par des gens atteints du VIH et du cancer, le prix de 750 $ par pilule demeure.

Dans un communiqué de presse, Turing promet bien des choses — mais pas la réduction pure et simple du prix qui avait pourtant été promise après le scandale de septembre.

Comme l'explique VICE, le point central du communiqué est que Daraprim sera offert gratuitement à des gens non assurés dont le revenu est inférieur à « 500 % du seuil de pauvreté » établi aux États-Unis, c'est-à-dire 58 350 $.

Selon VICE, cela veut dire que les gens qui gagnent plus d'argent que ce seuil devront payer — en entier ou en partie grâce à leurs assurances — le montant de 750 $ la pilule. Ceci va donc à l'encontre de la promesse de Shkreli qui a déclaré à NBC, en septembre, que le coût serait réduit afin que Turing ne fasse pas ou très peu de profit.

The Guardian mentionne que Turing a aussi promis mercredi de vendre le médicament à 50 % de rabais aux hôpitaux et d'offrir le produit dans de nouvelles bouteilles plus petites de 30 pilules.

Aux yeux d'Extreme Tech, le moment de l'annonce est stratégique : à la veille du long week-end de Thanksgiving, les gens passeront les prochains jours à manger et à voir leur famille et ne suivront pas autant l'actualité qu'à l'habitude.

En septembre, Shkreli avait causé l'indignation non seulement par la hausse du prix, mais par son attitude face aux critiques. Avant de promettre la baisse du prix, le jeune investisseur avait, entre autres, traité un journaliste de « crétin » sur Twitter après que celui-ci lui ait demandé d'expliquer l'augmentation de 5 000 %, rappelé au monde entier que la proportion était en réalité de seulement 4 000 % au lieu du 5 500 % rapporté par plusieurs médias, et justifié le tout en expliquant que l'ancien propriétaire du médicament ne faisait pratiquement pas de profit grâce à celle-ci.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques statistiques sur la santé des Canadiens Voyez les images