POLITIQUE
26/11/2015 11:37 EST | Actualisé 26/11/2015 11:40 EST

Le rapport de la commission Charbonneau a été «aseptisé», croit PKP

QUÉBEC – Le rapport de la commission Charbonneau a été aseptisé par crainte de poursuites, estime le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau.

Le quotidien La Presse rapportait jeudi matin que la commission a fait parvenir des préavis de blâmes sévères à divers témoins entendus au cours de ses audiences. Toutefois, aucun blâme ne se retrouve dans son rapport final.

Questionné en anglais, PKP a reconnu que le rapport pouvait avoir été «aseptisé» par ses auteurs. «J’imagine que le mot que vous utilisez, “aseptisé”, n’est probablement pas un mauvais mot», a répondu le chef péquiste dans la langue de Shakespeare.

Selon lui, les commissaires ont souhaité éviter des contestations judiciaires. Les commissaires ne possédaient pas «une preuve prépondérante» pour éviter toutes poursuites, estime le chef péquiste.

«Je ne sais pas s’ils ont eu peur, a-t-il poursuivi en anglais, mais ils ont certainement considéré le fait que ce type de situation [des poursuites judiciaires] pourrait se produire.»

PKP s’est également étonné que la commission ait entendu des témoins à huis clos. Le collecteur de fonds libéral Marc Bibeau, fréquemment cité lors des audiences, a notamment été rencontré derrière des portes closes. «Ces témoins-là, nous n’avons pas la liste, a-t-il souligné. Et il semble que les témoins n’ont pas été non plus contre-interrogés. Ça m’apparaît être un défaut vraiment élémentaire de procédure.»

Quant au financement sectoriel exercé par le Parti québécois, PKP affirme que la pratique était beaucoup moins importante au sein de son parti que chez les libéraux. «C’est comme une souris et un éléphant», a-t-il illustré.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Chefferie du PQ: les photos de la soirée Voyez les images