DIVERTISSEMENT
26/11/2015 01:49 EST

Le Québécois Dominic Gagnon menacé de poursuite pour son film «of the North» (VIDÉO)

Radio-Canada

La chanteuse inuite Tanya Tagaq a pris en grippe un documentaire projeté aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) la semaine dernière. Elle a reproché au festival, mardi, d'avoir programmé un « film raciste » qui utilise sa musique sans sa permission.

Tanya Tagaq a exprimé son « dégoût » sur Twitter au sujet du documentaire expérimental of the North, du réalisateur québécois Dominic Gagnon.

L'interprète de chant guttural originaire du Nunavut a remporté le prix de musique Polaris 2014 pour son album Animism. Elle a aussi gagné en carrière deux prix Juno.

Le film of the North est un collage de 74 minutes de vidéos publiées sur différentes plateformes telles que YouTube. Dominic Gagnon a réalisé un montage de scènes de neige, de chasse, de vie familiale et du développement industriel du Grand Nord canadien.

Le film montre également des scènes où des Inuits apparaissent ivres, se débattant au sol et détruisant un véhicule tout terrain. Il contient aussi une scène sexuellement explicite. Dominic Gagnon a précisé que la trame sonore du film provient de vidéoclips de musiciens inuits ainsi que de compositions de son cru.

Tanya Tagaq demande que ses pièces soient retirées du film. Dans le cas contraire, elle menace d'entamer des procédures judiciaires contre le cinéaste. Dominic Gagnon rétorque qu'il se considère « comme un artiste qui fait le montage d'extraits vidéos disponibles publiquement en ligne et qu'il les remanie pour un auditoire plus vaste ». Il plaide également que son film « n'est pas à vendre », même s'il reconnaît qu'il a reçu une subvention du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Le contenu du film a offensé Tanya Tagaq, qui affirme que, « malgré les problèmes des communautés nordiques, les Inuits d'aujourd'hui vont de l'avant. Et si Gagnon pense qu'il les aide en essayant de déclencher un débat social, ce n'est pas vrai ».

Sous le feu des critiques, Dominic Gagnon a rétorqué qu'en tant que cinéaste et ethnographe, il estime qu'il a le droit d'utiliser des vidéos que les gens placent en ligne. Il admet qu'il n'est jamais allé dans le Grand Nord, mais que les critiques ne comprennent pas sa démarche qui ne porte pas sur les Inuits, mais sur la manière dont ils s'approprient les médias sociaux et comment ils se représentent.

La réaction des RIDM

Charlotte Selb, la directrice artistique des RIDM, maintient la légitimité de son choix de présenter ce film la semaine dernière. Elle ajoute qu'il a provoqué un important débat. Les RIDM ont également réagi jeudi par voie de communiqué :

« Loin de voir of the North comme une œuvre raciste, nous l'avons programmé comme un discours critique sur le colonialisme et ses impacts encore dévastateurs à ce jour. À travers un remontage d'images filmées et mises en ligne sur YouTube par des Inuits, le film nous semble confronter et tenter de détruire l'existence même de stéréotypes dont souffrent les populations inuites. »

En ce qui concerne le problème de droit d'auteur, Charlotte Selb se fie aux garanties écrites des créateurs du film, qui ont correctement acquitté les droits. Elle ajoute qu'elle n'était pas au fait du litige entourant la musique de Tanya Tagaq avant la projection du film au RIDM.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Films de la semaine - 20 novembre 2015 Voyez les images