La Tour des Canadiens, «the place to buy» à Montréal?

286 000 pi², 438 unités d’habitation, 37 étages, des condos à partir de 200 000$, des avantages exclusifs liés au CH… Si la Tour des Canadiens 1 a été le projet immobilier le plus rapidement vendu dans l’histoire de Montréal - les habitations sont parties en trois mois -, la deuxième tour pourrait bien battre son record, alors que ses bureaux de ventes ont officiellement ouvert en grandes pompes le 22 novembre dernier. Pour marquer le coup, les promoteurs avaient même invité Guy Lafleur...

Quatre partenaires se trouvent derrière ce projet de complexe résidentiel qui porte la marque du Tricolore et dont l’investissement dépasse les 150 millions de dollars: Cadillac Fairview, Canderel, le Fonds immobilier de solidarité FTQ et le Club de hockey Canadien. Et ils font les choses en grand: l’atmosphère du futur complexe résidentiel a été recréée dans un bureau des ventes de 9 000 pi² (trois fois plus grand que le bureau de la phase 1). À l’intérieur se dresse une modélisation géante de la tour et deux unités d’habitation grandeur nature ont été aménagées, histoire d’en mettre plein les yeux aux acheteurs potentiels. Même les vues sur la ville dont bénéficieront les habitants ont été reconstituées.

C’est au coin des rues Jean-d’Estrées et Saint-Antoine Ouest que se dressera la Tour des Canadiens 2. Ce nouveau quartier, Quad Windsor, devrait accueillir aussi bien des édifices à bureaux que des immeubles résidentiels et des commerces. La Tour 2 sera faite de verre sculpté, dont les pointes seront illuminées la nuit. Quant aux unités d’habitation, elles ont été aménagées par Huma Design: des lignes épurées pour créer des intérieurs spacieux et dégagés quelle que soit la superficie. Les logements coûteront à partir de 200 000$ pour un appartement de 320 pi² avec une chambre et jusqu’à un million de dollars pour le penthouse de 1 690 pi² - plus taxes et places de parking.

Patinage au Centre Bell et match en loge privée

Le complexe résidentiel comptera aussi des espaces communs, dont une grande terrasse avec bar et aire de repas, deux piscines - une intérieure et une extérieure -, cabanes privées, bar à vin avec cave privée pour l’entreposage des bouteilles des résidents, salle de jeux munie de téléviseurs et d’une table de billard, salle d’entraînement qui recrée l’ambiance du vestiaire du Tricolore… La construction de la tour commencera à l’été 2017 et devrait durer deux ans. L’édifice sera relié au Centre Bell et à la Gare Windsor par une passerelle qui traversera la rue Saint-Antoine, offrant un accès couvert au réseau de métro et au Centre Bell - d’autant que les résidents auront de nombreux avantages liés au club de hockey.

«Je suis très fier de faire partie d’un projet qui contribue si extraordinairement à renforcer le lien entre le club et ses partisans», a confié Geoff Molson, propriétaire et président de la direction du Club de hockey Canadien. En effet, les résidents de la tour auront chaque année priorité pour l’achat de billets pour des parties en saison régulière et pourront profiter de séances de patinage au Centre Bell et de rabais à la boutique du club. Mais surtout, ils seront éligibles pour assister à des matchs préparatoires en loge privée ou derrière le banc des Canadiens, et pourront être invités à des séances d’entraînement ou à une visite VIP du vestiaire des joueurs.

«Le lien avec le CH est une vraie plus-value»

Dans la tour, le CH est partout: dans les slogans de motivation peints au mur du gym comme dans les motifs du carrelage du hall d’entrée. Pour Daniel Peritz, vice-président principal de Canderel, «le lien avec le CH est une réelle plus-value pour l’acheteur, un attrait qui fait que le projet se démarque vraiment». L’investisseur indique sentir une demande palpable de la part du public, et il nous assure que la clientèle est très variée... Les acheteurs que rencontre Marie-France Caouette, courtière immobilier chez Remax et collaboratrice du bureau des ventes de la tour, sont souvent des Québécois francophones, qui se cherchent un pied-à-terre à Montréal: «En général ils signent les papiers directement après la visite. Ça va vite!».

Mais selon la courtière, investir sur une marque comme le Canadien de Montréal est un investissement sûr. «C’est une chance de vivre dans un immeuble à condos qui porte le nom de la plus grande équipe de hockey de l’histoire de la LNH, au cœur du nouveau quartier le plus animé de Montréal», insiste Brian Salpeter, vice-président principal du développement de Cadillac Fairview. Leur recette miracle: localisation très intéressante, connectivité aux réseaux de transport et association au CH. Le club de hockey en moins, c’est la feuille de route que le groupe d’investisseurs a éprouvé à Toronto avec plusieurs projets de même envergure, comme le complexe résidentiel de College Park ou les condos YC.

«La Tour représente tout ce que Montréal a de meilleur et de plus grandiose à offrir. Un complexe résidentiel dynamique et exaltant où les sports, la culture et le divertissement font partie intégrante de la vie quotidienne», conclut Daniel Peritz. Les promoteurs de la Tour des Canadiens 2 ont d’ailleurs demandé l’autorisation à la ville pour rajouter dix étages à la tour. Les visiteurs et acheteurs potentiels sont d’ores et déjà invités à se mettre sur liste d’attente pour ces futurs étages - les investisseurs se montrent confiants de recevoir l’autorisation d’élever encore le bâtiment, qui leur a déjà été refusée une première fois. L’immeuble devrait alors dépasser la Tour Deloitte voisine... Comme le dit le slogan écrit dans le vestiaire des Habs, «Pas d’excuses».

Voir aussi: