Vivre

Végétarisme, végétalisme et véganisme : des risques pour les enfants?

Young boy in kitchen with a bowl of green peas
Young boy in kitchen with a bowl of green peas

Réelle prise de conscience ou effet de mode, l’alimentation vegane, végétarienne ou végétalienne séduit de plus en plus d’adultes. Les recettes se multiplient et les salons végétariens affluent en quantité. Pourtant ce type de pratique devenu presque viral demande une attention particulière lorsque cela implique la santé de leurs enfants.

Qu’ils le soient depuis des années ou depuis peu, les parents végétariens ont une alimentation différente des autres parents, de ce fait ils doivent être plus attentifs aux besoins physiques de leur enfant.

Qu’elle soit végane, végétalienne ou végétarienne, cette pratique alimentaire est très saine pourtant sans substitut elle peut créer des carences chez les enfants. En choisissant ce type d’alimentation le parent s’informe et instaure une discipline alimentaire pour ne pas entrainer des déficiences surtout chez les plus jeunes. Bien distinguer les trois types de régimes est une première étape.

L’éducation d’abord

On parlait déjà du végétarisme à l’époque antique, cette pratique vieille de plusieurs siècle consiste à consommer tout produit alimentaire excluant la viande. Malgré l’absence de protéine animale il est démontré que bien équilibré un repas végétarien peut-être sans danger pour l’enfant « un bébé peut facilement être végétarien avec un peu de produit laitier et des œufs. Il peut commencer dès l’introduction des aliments solides » explique Louise Lambert-Lagacé, nutritionniste à Montréal.

Le végétalisme, plus complexe, consiste en la consommation d’aliments d’origine végétale, contrairement au végétarisme il exclut le lait, les œufs et tout aliment provenant d’animaux. Plus un mode de vie qu’une pratique alimentaire, le véganisme s’apparente au végétalisme à quelques exceptions près. Il interdit toute forme d’exploitation et de cruauté animale. Ces pratiques nécessitent une plus grande attention à l’égard des enfants « on peut le faire mais il faut avoir recours à des super aliments comme de la levure, des compléments de vitamine B12 » conseille la nutritionniste qui dirige une clinique privée à Montréal. Membre de l’ordre des diététistes du Québec, Danielle Lamontagne ne recommande pas l’alimentation végétalienne pour les bébés « on ne conseille pas le végétalisme aux enfants avant l’âge de deux ans. Il faut du lait, soit le lait maternel, soit le lait maternisé pour éviter des problèmes de croissance » prévient-elle.

Attention aux carences

Adopter une alimentation végane ou végétalienne c’est bien à condition d’être prudent. L’absence de protéine animale entraine des complications notamment chez les enfants végétaliens « moins on a d’aliment au menu du bébé plus il y a de risque de déficience. On remarque aussi que les petits végétaliens grandissent un peu moins que les autres » rappelle Louise Lambert-Lagacé. « Les besoins en fer et en vitamine B12 sont capitales pour la croissance, le fer présent dans la nourriture végétale est moins facile à absorber que le fer animal» rajoute Danielle Lamontagne. Conclusion, il faut se documenter.

Un choix santé

Si pour certains l’adoption d’une telle pratique alimentaire relève d’une prise de conscience envers les animaux et l’environnement, pour d’autres c’est avant tout un choix alimentaire sain. C’est le cas de Marie-Noel qui depuis de nombreuses années vit entre végétalisme et végétarisme. Cette maman d’une quarantaine d’années est très investie dans cette pratique principalement pour des raisons personnelles « étant jeune j’ai perdu beaucoup de gens autour de moi pour des cancers. Je me suis donc beaucoup intéressée à ça, j’ai commence à lire là dessus. J’avais l’impression que j’investissais dans ma santé » explique Marie-Noel. Très impliquée dans sa santé elle est devenu végétarienne de santé mais plus tard une prise de conscience sur la cause animale l’a fait évoluer « je suis devenu végétarienne éthique» ajoute cette maman. Même si son petit garçon est encore bébé, elle pense déjà à l’avenir et souhaite que son fils fasse des « choix de cœurs ». Marie-Noel est très consciencieuse, elle se documente pour éviter que son fils manque de vitamines « des protéines végétales tu en as pleins par exemple dans les tofus et le bio. Dans le fromage cottage il y a beaucoup de protéine » explique t-elle.

Bonnes, saines et bénéfique pour la planète, ces pratiques alimentaires peuvent tout à fait être adopter par toute la famille à condition d’être prudent principalement avec de jeunes enfants.

INOLTRE SU HUFFPOST

12 aliments pour faire le plein d’énergie si vous êtes végétarien ou végétalien