NOUVELLES
24/11/2015 08:45 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Une nouvelle grève paralyse le chantier du canal de Panama

Le pharaonique chantier d'élargissement du canal de Panama, qui a accumulé plus d'un an de retard, était de nouveau touché par un mouvement de grève mardi, à l'appel du principal syndicat ouvrier du pays.

"La grève est un succès dans tout le pays. Plus de 90% des chantiers sont actuellement paralysés, notamment le chantier d'élargissement du canal de Panama", a expliqué à l'AFP le secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de la construction et assimilés (Suntracs), Saul Mendez.

Ce syndicat, le plus important du pays, a lancé un appel à la grève générale afin de protester contre "la corruption dans la justice", et contre une possible augmentation de l'âge de départ à la retraite.

Bien que l'élargissement du canal de Panama ne soit pas au centre des revendications de cette grève, les travaux sont stoppés au moment où le Groupement Unis pour le canal (GUPC), consortium en charge de l'essentiel du projet, souhaite accélérer le rythme afin d'inaugurer la nouvelle voie en avril 2016.

Depuis 2007, le canal de Panama est en travaux afin d'élargir ses voies navigables et permettre le passage de navires dits Post-Panamax transportant jusqu'à 14.000 conteneurs, le triple de la capacité actuelle. L'inauguration était initialement prévue en 2014.

Miné par les conflits sociaux et financiers, le chantier a également explosé son budget de départ, son coût étant désormais estimé à 5,25 milliards de dollars.

Le consortium en charge des travaux, mené par le groupe espagnol Sacyr, doit rencontrer cette semaine l'autorité du Canal de Panama (ACP) afin de discuter d'un nouvel éventuel décalage de l'inauguration, après l'apparition en aout de fissures sur les murs des nouvelles écluses.

Aujourd'hui 5% du commerce maritime mondial transite par ce canal, long de 80 kilomètres.

jjr/mas/hov/str/ka/coc