NOUVELLES
24/11/2015 12:16 EST | Actualisé 24/11/2016 00:12 EST

Une attaque revendiquée par l'ÉI fait sept morts, dont deux juges, en Égypte

LE CAIRE — Une attaque ayant impliqué une voiture piégée et revendiquée par le groupe extrémiste État islamique a ciblé un hôtel dans la région du nord du Sinaï, en Égypte, mardi, tuant sept personnes, incluant deux juges, a affirmé l'agence de nouvelles de l'État MENA.

L'attaque contre l'hôtel Swiss Inn dans la ville côtière d'El-Arich a été rapidement revendiquée par l'affilié de l'État islamique établi dans la péninsule du Sinaï. Les forces égyptiennes peinent à contenir une insurrection islamiste dans la région.

Des juges ayant supervisé la veille, dans la péninsule du Sinaï, le deuxième tour des élections parlementaires en Égypte, demeuraient dans l'hôtel sous haute surveillance. La MENA a indiqué que quatre policiers et un civil figuraient aussi parmi les sept personnes tuées, et qu'au moins dix personnes avaient été blessées. L'agence a cité un responsable de la sécurité non identifié, comme elle fait souvent.

L'agence a livré un bilan plus lourd que celui fourni par l'armée et la police dans des communiqués publiés plus tôt dans la journée. L'armée a affirmé que 12 personnes avaient été blessées dans l'attaque. On ignorait dans l'immédiat pourquoi l'armée n'avait pas mis à jour son bilan.

Les forces égyptiennes et la police surveillant l'hôtel ont d'abord ouvert le feu sur une voiture suspecte chargée d'explosifs approchant l'édifice, la faisant exploser avant qu'elle n'atteigne l'hôtel, a indiqué l'armée.

Pendant ce temps, deux assaillants ont pénétré dans l'hôtel. L'un a fait détoner sa veste de kamikaze dans la cuisine de l'établissement, tandis que l'autre a ouvert le feu dans une chambre. L'armée a affirmé que tous les activistes impliqués dans l'attaque avaient été tués, mais n'a pas donné plus de détails.

La branche du Sinaï de l'État islamique a revendiqué la responsabilité de l'attaque dans une déclaration publiée par des sympathisants sur les réseaux sociaux.

La revendication du groupe armé fait mention de deux assaillants plutôt que trois, et l'ÉI n'a pas fourni de preuve de la responsabilité de l'attaque. L'authenticité de la revendication n'a pas pu être vérifiée.

La branche de l'ÉI avait aussi revendiqué la responsabilité de l'écrasement d'un avion de ligne russe dans le nord de la péninsule, le mois dernier, ayant fait 224 morts.